Black Book

Film hollandais de Paul Verhoeven

Avec Carice Van Houten, Sebastian Koch, Thom Hoffman, Halina Reijn


63e Mostra de Venise. En compétition.


Par Esther Castagné
 

Durée: 2h25

 

Crimes et châtiments

La Haye, sous l'occupation nazie. Lorsque sa cachette est détruite, Rachel Steinn tente de fuir les Pays-Bas avec sa famille et d'autres juifs particulièrement riches mais le bateau tombe dans une embuscade et tous périssent sous les mitraillettes allemandes. Seule Rachel en réchappe. Pour se protéger et survivre, elle n'a d'autre choix que changer d'identité : elle sera Ellis de Vries, jeune hollandaise blonde, séduisante et résistante.

Paul Verhoeven délaisse Hollywood pour signer un opus exceptionnel sur la seconde guerre mondiale et la résistance aux Pays-Bas. Il revient dans son pays d'origine pour raconter l'Histoire, une histoire qu'il a vécue enfant et pour laquelle il s'est passionné depuis quarante ans.

Sans manichéisme aucun, Verhoeven se penche sur les zones d'ombre de la résistance.
Certes il montre les horreurs nazies, leurs pratiques dans un pays souvent oublié lorsqu'on parle de cette période, mais il révèle aussi que les résistants agissaient toujours à l'aveugle, solitudes perdues dans un réseau inconnu.

Le destin de Rachel/Ellis est d'autant plus bouleversant que c'est un personnage complexe, aux prises avec des sentiments interdits et contrainte de se battre sans jamais savoir qui sont ses ennemis. Elle ne peut avoir confiance en personne mais continue à lutter. Son attachement à l'officier nazi Müntze est aux yeux de tous coupable et pourtant Müntze est-il réellement indigne de l'affection que lui porte Ellis ? Où est l'ombre ? Où est la lumière ?
Allant de déception en trahison, Rachel va apprendre à voir au delà des apparences et des uniformes.

Construit en abyme, le film, notamment dans ses dernières images du film, incarne une idée d'éternel recommencement. Le mouvement cyclique, ou même circulaire de la vie empêche Rachel d'échapper à la guerre puisque, où qu'elle aille, un conflit déchire les peuples.

Que redire à ce bijou éprouvant ? Des acteurs splendides, jouant perpétuellement sur l'ambiguïté et une possible duplicité, une photographie impeccable, un scénario brillant servi par une mise en scène soignée. Verhoeven n'a pas raté son retour au pays.
épopée tragique, Black Book est également une réflexion sur notre monde, sur l'Histoire et sur la complexité des sentiments humains. Seul ce petit carnet noir, ce black book qui renferme les noms des traîtres et de leurs victimes et qui mène jusqu'au vrai coupable détient la vérité. Lui seul permet de juger et de comprendre, mais pas de pardonner.