Burt Munro
The world's fastest Indian

Film américain de Roger Donaldson

Avec Anthony Hopkins, Diane Ladd, Paul Rodriguez, Aaron Murphy





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 22-03-2006

Durée: 2h

 

Pétrolette

Burt Munro est un vieux mécanicien néo-zélandais. Passionné de moto, il fabrique lui-même ses pièces détachées dans son atelier en espérant redonner des ailes à son antique machine, une Indian de 1921, avec laquelle il espère battre le record du monde de vitesse sur le lac salé de Bonneville (U.S.A.).

Inspiré de la vie d’un personnage réel, ce road-movie nous décrit le long périple de cet original cabochard, sorte de Candide austral, vers l’épreuve dont il a rêvé toute sa vie. L’idée est sympathique, mais le cabotinage jovial d’Anthony Hopkins devient vite épuisant et la monotonie des épisodes successifs finit par lasser notre intérêt.

En effet, le même schéma structure toutes les séquences durant 2 heures :

1- Burt rencontre l’incrédulité, qu’il s’agisse des voisins, des marins du cargo, des douaniers, des policiers sur la route, de la veuve esseulée dans sa ferme perdue ou, bien entendu, des organisateurs de la course de vitesse.
2- A chaque rencontre, le vieux motard ressort le même discours en s’esclaffant : il arrive des antipodes, il a bricolé lui-même sa machine, il espère battre le record, etc.
3- Conquis, l’interlocuteur se met en quatre pour l’aider.

Comme même Roger Donaldson devait trouver ces répétitions fastidieuses, il a tenté d’instiller un peu de suspense médical à l’odyssée de son héros vieillissant et ne nous épargne rien des problèmes cardiaques et prostatiques de ce pauvre Burt qui finit le film à coup de pilules diverses. Rassurez-vous, il arrivera à bon port et gagnera même sa fameuse course. Non, sans blague ? Mais oui, mais oui… La seule réelle surprise du scénario aurait été que Burt succombe à un infarctus en débarquant en Californie.