Du jour au lendemain

Film français de Philippe Le Guay

Avec Benoît Poelvoorde





Par Alicia Fischmeister
 
Sortie le 15-03-2006

 

Revenez demain

Rien ne va plus pour François Berthier : il est en instance de divorce, personne ne le respecte au bureau, et son livreur de pizza ne comprend pas qu’il n’aime pas le jaune d’oeuf. Pourtant, un jour, le ciel bleu apparaît et la machine à café décide de ne pas sauter au visage du pauvre François. Il va s’apercevoir que finalement tout lui sourit...

Pour son huitième film, le réalisateur de L’année Juliette a choisi de s’attaquer au quotidien d’un Monsieur tout-le-monde, et d’enchaîner des situations potentiellement comiques pour montrer que finalement, la déprime, ça a du bon. Sauf qu’on n’y croit pas : si le tout début du film nous tire quelques rires bon enfant, l’histoire perd vite de sa crédibilité. François est accablé de bonnes nouvelles sans aucune explication rationnelle, et la minute comédie musicale du milieu est franchement ridicule. A moins qu’il ne s’agisse d’un rêve ? Impossible de trancher. La morale du film – « pour être heureux, il faut être un battant » - n’est pas foncièrement révolutionnaire, et la théorie suivant laquelle certaines personnes sont allergiques à trop de bonheur, pas vraiment convaincante. Et ce n’est certainement pas Benoît Poelvoorde qui va rattraper le tout : on le savait, qu’il jouait très bien le boulet, inutile d’y ajouter en plus une couche de pathos... Convenu, pas franchement drôle et parfois même ridicule, Du jour au lendemain ne présente aucun intérêt majeur.