L'arc
Hwal

Film coréen de Kim Ki-Duk

Avec Han Yeo-reum, Jeon Sung-hwan , Seo Ji-seok





Par Anaïs Jurkiewicz-Renevier
 
Sortie le 14-12-2005

Durée: 1h30

 

Oeuvre tendue et épurée

Sur un bateau voguant au milieu de l’océan vivent un vieil homme et la jeune fille qu’il a enlevée enfant. Il a prévu de l’épouser le jour de ses 17 ans. Les pêcheurs, de passage sur l’embarcation, ne manquent pas de remarquer la beauté de l’innocente, toujours surveillée de près par l’homme muni de son arc.

Mais peu avant les noces, le fils d’un pêcheur s’éprend d’elle. Elle n’est pas insensible à ses charmes. Kim Ki-duk (L’Ile, Printemps, été, automne, hiver… et printemps, Locataires) nous revient fidèle à lui-même. L’Arc est une oeuvre, cinématographique autant que plastique. Le choix des cadrages, l’association des couleurs, l’histoire épurée, font du cinéaste coréen un peintre et un poète. Il nous offre un moment d’envoûtement où se mêlent modernité et charme suranné, désir et possession. Dans cet univers singulier, on apprécie le jeu expressif commun aux acteurs coréens, qui donnent au film une touche presque extravagante car décalée. Il y a cependant quelques bémols. D’abord, la fin. Trop suggestive, trop démonstrative, loin de toute la délicatesse dans laquelle baigne l’ouuvre, elle gâche le tableau en lui donnant un aspect presque pervers. En outre, les adeptes de Kim Ki-duk pourront lui reprocher de ne pas être inventif par rapport à ses derniers films. Le film n’en reste pas moins un film de qualité imprégné d’une atmosphère sans pareille.