Je ne suis pas là pour être aimé

Film français de Stéphane Brizé

Avec Patrick Chesnais, Anne Consigny, Georges Wilson, Lionel Abelanski, Cyril Couton, Geneviève Mnich





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 12-10-2005

Durée: 1h33

 

Batalla en el tango

Ce serait dommage de manquer ce film pudique et discret, perdu dans la déferlante des films cannois ou vénitiens de la rentrée.

Evidemment, l’histoire semble simple (quoique plus subtile qu’il n’y paraît), les fellations mexicaines en sont absentes et l’écran n’est pas obscurci par les volutes d’opiomanes désoeuvrés dont les moyens d’existence demeurent un mystère absolu. Reconnaissons que ceux de monsieur Delsart ne sont pas folichons, d’accord : il est huissier de justice et on ne peut pas dire que ça l’épanouisse. Il a hérité de cette charge et son fils s’apprête à prendre le relais en traînant les pieds, youpi ! Et le dimanche, par devoir, le malheureux huissier joue au Monopoly avec son acariâtre père qui attend le cimetière dans une maison de retraite.

Pour se changer les idées, il s’inscrit dans un cours de tango situé en face de son étude, et fait la connaissance d’une jeune femme qui s’apprête à se (mal) marier. Ils échangent des pas de danse et des regards. C’est tout ? Oui, c’est tout et c’est là que se trouve la véritable hardiesse : la maîtrise de l’ellipse, la qualité de l’émotion, l’originalité de l’écriture, la tendresse et l’humanité des personnages font de ce second film de Stéphane Brizé une réussite fondée sur l’incapacité d’exprimer ce que l’on pense, ce que l’on ressent, ce que l’on souhaite. Trois comédiens remarquables (et trop rarement en tête d’affiche), Patrick Chesnais, Anne Consigny et Georges Wilson, animent ce récit aux antipodes des standards habituels. Si vous êtes saturé des films « mode », voici de quoi vous oxygéner.