Il ne faut jurer de rien

Film français de Eric Civanyan

Avec Mélanie Doutey, Gérard Jugnot, Jean Dujardin





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 28-09-2005

Durée: 1h43

 

Beauf, beauf...

Réalisée avec beaucoup de soin, de moyens et d’ambitions, avec des comédiens qui, de toute évidence, « y croient », cette adaptation de l’oeuvre d’Alfred de Musset ne me semble pas, malheureusement, tenir ses promesses. Quelle étrange idée de vouloir moderniser le dialogue et le caractère des personnages, tout en les laissant barboter dans un jus 1830 (décors et costumes) qui souligne le désuet de situations admissibles aujourd’hui à condition que le texte original soit respecté (voir L’Esquive).

Et ce n’est pas une caméra virevoltante, un montage à la hache et une musique envahissante qui vont transformer en clip la pièce de Musset, d’autant que les acteurs la jouent plutôt « boulevard », entraînés dans le sillage d’un Gérard Jugnot plus beauf louis-philippard que jamais, que les calèches abondent et que chaque figurant porte un costume garanti d’époque (la production en a loué plus de mille, paraît-il). Mais cette foule ne déambule pas comme le font les badauds : elle est surtout constituée de petits métiers pittoresques et datés (cracheurs de feu, marchands de barbe à papa, etc.) qui ne contribuent pas à rajeunir le récit et évoquent plutôt les mouvements de figurants du Châtelet ou les téléfilms « de prestige » de Josée Dayan sur TF1. Il semble que Eric Civanyan, pour son deuxième long-métrage, ait pris pour modèle les films historiques que réalisaient André Hunebelle ou Sacha Guitry dans les années soixante. S’il obtient le même succès populaire que ses inspirateurs, le public confirmera qu’il a eu raison de vouloir adapter "le scénar de Musset."