La spectatrice
La spettatrice

Film italien de Paolo Franchi

Avec Barbora Bobulova, Brigitte Catillon, Andrea Renzi





Par Esther Castagné
 
Sortie le 14-09-2005

Durée: 1h38

 

Dans son ombre

Le métier d'interprète permet à Valeria de se cacher derrière les mots des autres ; dans la vie elle parle peu. Cette jeune femme introvertie tombe amoureuse de son voisin d'en face qu'elle épie tous les soirs dans son appartement turinois. Quand il part à Rome, elle décide de le suivre…

Ce premier film du jeune réalisateur italien Paolo Franchi pourrait être vraiment réussi s'il était possible de croire à la fascination qu'exerce ce quarantenaire sur la protagoniste mais le personnage masculin est trop fade et trop peu séduisant. Si la quête de Valeria permet d'explorer à la fois les méandres du psychisme humain et la complexité des rapports amoureux, c'est le personnage de Flavia, la compagne et l'amie, qui remporte la palme. Peut-être est-ce dû à l'interprétation de Brigitte Catillon absolument remarquable en bourgeoise intellectuelle romaine. Elle s'impose face à ses deux partenaires un peu plus ternes au moins pour ce qui est de l'homme. Le film échappe aux clichés dans lesquels il aurait pu se perdre si facilement. Le réalisateur peint une Italie méconnue à contre courant de la tendance actuelle.
Loin du sulfureux transgressif branché, il nous rend spectateur d'un beau spectacle intimiste et impossiblement intime qui ne sombre jamais dans le voyeurisme. Tout comme son héroïne qui ne peut qu'être extérieure au monde réel, à sa vie même, le film se construit dans une nébuleuse diffuse rendue à merveille par l'atmosphère voilée qui habite les deux villes dans lesquelles les personnages évoluent, eux-mêmes pareils à des ombres incapables d'avoir prise sur leurs vies.