Entre ses mains

Film français de Anne Fontaine

Avec Isabelle Carré, Benoît Poelvoorde





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 21-09-2005

Durée: 1h30

 

Ex-véto

Dans la carrière de presque tous les comiques du cinéma (Fernandel, Bourvil, Michel Simon ou Jack Lemmon) arrive l’heure de la tentation d’être pris (enfin) au sérieux : elle vient de sonner pour Benoît Poelvoorde qui incarne un inquiétant vétérinaire dans Entre ses mains d’Anne Fontaine, lointain rappel du tueur dingue qui l’avait fait connaître dans son premier film parodique : C’est arrivé près de chez vous.

Le parcours d’Anne Fontaine qui alterne comédies étranges (Augustin, Augustin, roi du kung-fu) et drames insolites (Nettoyage à sec, Comment j’ai tué mon père) en fait une des réalisatrices les plus intéressantes du cinéma français actuel. Elle nous propose avec ce dernier film un thriller provincial dont l’originalité vient des rapports incongrus qui s’établissent entre une éventuelle victime et un éventuel tueur en série. Il serait désastreux de vous en dire plus et j’espère que les critiques sauront rester discrets afin de sauvegarder l’attrait de ce scénario qui nous conduit à une fin à la hauteur de nos espoirs : pour une fois, la dernière bobine n’est pas abandonnée à une paresseuse pirouette de dernière minute mais obéit à la logique du destin des personnages. Il y a bien, ça et là, quelques détails qui chiffonnent, comme l’indifférence chronique du mari devant les changements de comportement de sa femme (sorties nocturnes inexpliquées, nouveaux bijoux, changements d’humeur) mais la dynamique permanente du scénario submerge ces interrogations. Quant au couple que forme Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde, si éloignés de leur emploi traditionnel, il est l’élément majeur de la réussite de ce film qui renouvelle les clichés du film d’angoisse, avec l’efficace soutien d’un nouveau venu au cinéma : le compositeur Pascal Dusapin.