Alexandre

Film américain de Oliver Stone

Avec Colin Farrell, Angelina Jolie, Val Kilmer, Anthony Hopkins

Sortie le 05-01-2005
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 2h50

 
 
   

Version homériquaine

J’avais un pressentiment positif qui me laissait espérer qu’Oliver Stone pourrait donner un éclairage neuf à ce genre de fresque historique à grand spectacle dont le cinéma raffole depuis les origines. Mais tout le monde peut se tromper : je n’ai vu que la Nième version – en « qualité numérique » (image, son, décors et special effects) - du traditionnel peplum dont les Italiens (dans le kitsch) et Hollywood (dans le carton-pâte de luxe) restent les spécialistes depuis Cabiria et Intolérance.

Quid novi à part le digital ? Vraiment rien : Le premier Ptolémée, vieux compagnon d’armes frappé de logorrhée sénile, raconte dans un long (2 h 50 !) flash-back la vie du héros, illustrée par des images d’Epinal grecques (eh oui), fastueusement alignées... Une fois de plus, les scènes d’orgie antique, avec rires gras et paillards fusant dans des ambiances de foule avinée (sorties de la vieille sonothèque de Cinecittà) alternent avec les interminables tunnels dialogués où s’affrontent en vain et en vrac : père, fils, mère, amant, ami, épouse, etc… Les scènes de bataille montées comme des clips de rock stars succèdent à des fêtes dans les palais où la danse des sept voiles obéit, de films en films et de grand-père en petit-fils, à la même chorégraphie… A ce déjà vu et déjà entendu, ajoutons l’habituelle tradition anglo-saxonne qui veut que les héros grecs (que l’on verrait éventuellement incarnés par Richard Anconina ou Enrico Macias) soient toujours représentés par des blondinets (teints) qui évoquent davantage les supporters de Manchester United un soir de match que des guerriers méditerranéens : pour faciliter l’identification du héros, Colin Farrell s’est fait la tête de Brad Pitt dans Troie. Un vrai sosie.

Pour être équitable, reconnaissons que le scénario, rafraîchi « tendance », tente d’intégrer, à grandes louchées, les préoccupations qui constituent l’habituel fond de commerce du Nouvel Obs chaque semaine : être bi ou ne pas être, le père castrateur, la xénophobie, la mère dominatrice, les stratèges homoparentaux, le racisme anti-métèque, l’enfant surdoué, le coming out des éphèbes, ils sont venus, ils sont tous là… Il n’y a que la crise de l’immobilier et Agrippine (celle de Brétecher) qui n’ont pas trouvé place. Malgré ces efforts estimables, d’où vient ce sentiment d’ennui qui nous gagne à la vision de ce monument ? Evidemment, deux heures cinquante pour enchâsser les « clous » que sont les deux batailles du film, c’est un poil longuet, surtout quand des monologues ou des dialogues répétitifs tentent de remplacer une action qui se fait attendre. Mais je pense que la véritable raison est ailleurs : le cinéma des origines fascinait le public parce que les acteurs des films d’action prenaient de vrais risques. Harold Lloyd, Buster Keaton, Douglas Fairbanks, ou, plus récemment, Jean Marais ou J.-P. Belmondo étaient d’authentiques casse-cou. L’intervention des cascadeurs-doublures a progressivement remplacé l’admiration des spectateurs par le scepticisme. La perfection des trucages numériques, où les acteurs prennent des risques imaginaires en étant suspendus à des câbles effacés par l’ordinateur, a fini de blaser le public.

Lorsque Griffith ou Cecil B. de Mille rebâtissaient Babylone ou Thèbes, l’édification de ces décors gigantesques était en soi un tour de force qui nous étonne encore aujourd’hui. Qui peut s’extasier sur un décor en image de synthèse ? Et quand il s’agissait de montrer l’affrontement des armées ennemies, la production engageait des centaines de vrais figurants qui remplissaient l’écran. « C’est du cinéma » n’avait alors aucune connotation péjorative. Aujourd’hui, grâce à la télévision et aux DVD qui se repaissent de making of ou de bonus qui dévoilent tous les secrets de fabrication, un élève de CM2 sait comment incruster un fond vert et comment multiplier 34 figurants jusqu’à l’horizon pour en faire la Grande Armée. L’extraordinaire qualité des effets spéciaux actuels a fini, paradoxalement, par tuer l’intérêt et l’émotion car plus rien ne peut surprendre un public noyé dans un flot d’images de plus en plus spectaculaires, mais de plus en plus suspectes (l’apothéose étant la miraculeuse apparition d’un Ben Laden ressuscité, et probablement synthétique, 48 heures avant le vote américain). Désormais lorsque la caméra d’Oliver Stone suit l’aigle qui survole les armées innombrables sur le point de s’affronter, on se demande combien de « passes » ont été nécessaires pour obtenir cette magnifique image bidon au lieu de redouter le choc du combat et le sort réservé aux Grecs.

Quand on voit le soin et les efforts qu’ont demandé aux acteurs, figurants et techniciens ces centaines de plans qui défilent pendant près de trois heures sur l’écran, quand on imagine dans quel état de fatigue devaient être les équipes de post-production à l’issue de ces mois d’effets spéciaux, de montage et de mixages, on est triste de constater qu’une telle addition de talents conjugués est finalement annulée par le poids d’une virtuosité technique qui écrase toute possibilité de crédibilité, donc d’émotion. Si vous voulez retrouver le plaisir de l’inédit, allez voir et revoir « Whisky » dont chaque plan est porteur de sens, bien qu’aucun d’eux ne soit passé par la Truca.

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de C. Gallot
   Oliver Stone : Apologie d’Alexandre

> Notes de la rédaction
   R. Lefèvre Favorable
   C. Gallot Doit faire ses preuves
   H. Lanoë Doit faire ses preuves
   M. Buch Assez favorable
   C. Brou Favorable