Rois et reine

Film français de Arnaud Desplechin

Avec Emmanuelle Devos, Mathieu Amalric, Catherine Deneuve, Maurice Garrel, Hyppolite Girardot, Noémie Lvovsky...

Sortie le 22-12-2004
Prix Louis Delluc 2004
 
   

Par Mikael Buch


Durée: 2h30

 
 
   

Sans royaumes ni arènes

D’une part, il y a Nora (Emmanuel Devos), la reine du film… une reine qui va bientôt se marier avec un roi très riche, une reine pour qui tout devrait aller bien. Elle a son fils qu’elle aime, de l’argent, un mari attentionné et pourtant… le drame est de son côté. Ibsen l’attend au tournant. D’autre part, il y a Ismaël (Mathieu Amalric), roi des fous. Enfermé à la demande d’un tiers dans un asile psychiatrique dirigé par le Dr. Vasset (Catherine Deneuve), il remplit l’espace et le cadre de grâce. Deux histoires entrelacées, deux personnages qui nous emmènent vers un cinéma nouveau qui ne cache pas ses racines.

Pour Arnaud Desplechin, tous ses personnages sont des rois et des reines, ils sont plus que des êtres humains, ils sont bigger than life. Noyés au milieu d’une douleur indicible, ses personnages ne se plaignent jamais, ils nous entraînent au contraire avec conviction dans leur voyage vers le genre et notamment vers le burlesque. Sans cesser de naviguer entre les genres, Desplechin traverse le film en laissant son désir de cinéma se transformer, en allant de Blake Edwards à Bergman en passant par Woody Allen ou Hitchcock.

C’est avec Moon River, la magnifique musique composée par Henry Mancini pour Breakfast at Tiffany’s, que commence Rois et reine. Emmanuel Devos descend d’un taxi, un café à la main tel qu’Audrey Hepburn l’avait fait autrefois. Mais où sommes-nous ? A New York ? En 1960 ? Et bien non, nous sommes à Paris en 2004. Un drapeau français s’agite légèrement en fond d’écran. En quelques minutes Desplechin pose, comme peut-être personne ne l’a fait jusqu’à présent une question qui concerne une grande partie des cinéastes de nos jours : comment peut-on filmer la France alors que les films qui nous ont appris à aimer le cinéma, à filmer un corps, une ville… sont des films américains ? Comment filmer une descente de taxi sans penser à Blake Edwards? Comment filmer un vol sans penser à Hitchcock ? C’est dans ce décalage, dans cette impossibilité de faire un film français en France, que le film de Desplechin devient vraiment grand, car vraiment adapté à une certaine réalité, non seulement du cinéma français, mais de l’image que nous pouvons nous faire de la France aujourd’hui. Desplechin joue avec les genres, il s’inspire autant des grands cinéastes que de 24 heures Chrono… Il est libre en tant que cinéaste et il nous rend notre liberté en tant que spectateurs de se laisser porter sans préjugés dans une histoire de rires et de douleurs.

Puis Desplechin n’a peut-être jamais, jusqu’à présent, aussi bien réussi à associer son discours à ses films. Ceux qui ont eu la chance de l’entendre parler ou de le lire, l’auront plus d’une fois entendu de parler de l’importance de rester, un tant soit peu, enfant lorsqu’on se retrouve dans une salle de cinéma. Arnaud Desplechin est un des plus grands cinéastes français de nos jours, un des seuls véritables inventeurs de forme, parce qu’il ne s’est pas fatigué de « jouer » à faire du cinéma. Jouer comme un exercice de mémoire qui lui permettrait de rester en contact avec la raison première pour laquelle il a un jour voulu faire du cinéma. Jouer en recherchant ce même plaisir que lui avaient procuré étant enfant certains films. Bref, « devenir grands et fidèles à notre enfance dans le même mouvement ».

Mais le plaisir que nous procure le film n’est pas uniquement lié à la redécouverte de genres que nous aimons, mais plutôt au geste de ce cinéaste qui nous dit « asseyez-vous avec moi dans le noir de cette salle, je vais vous raconter des histoires ». C’est la générosité du conteur ophulsien que redécouvre Desplechin, une forme de narration qui implique également un refus assez évident du naturalisme. Hitchcock disait qu’il ne faisait pas des tranches de vie mais des tranches de gâteau. Cet aphorisme convient comme un gant au cinéma de Desplechin. Ses films sont bien plus grands que la vie. C’est pour cette raison, à cause de ce fameux bigger than life, que les salles de cinéma ont toujours été des refuges magnifiques. Parce que les films nous donnent le courage de faire face à des sentiments, des tristesses, des douleurs, que nous n’oserions jamais regarder frontalement dans la vie. Ainsi, Desplechin est burlesque lorsqu’il veut parler de choses tristes puis grave lorsqu’il veut parler du bonheur.

Il y a eu des grands fous au cinéma –on pense évidemment à Cary Grant –, des fous de cinéma qui ont su nous apprendre à vivre et à jouir de la partie de folie qui est en chacun de nous. C’est exactement ce que parvient à faire Amalric dans Rois et reine, en assumant qu’au cinéma la justesse n’est pas toujours dans le domaine du raisonnable. Notons spécialement la scène de hip-hop dans l’asile qui restera, je pense, une véritable scène culte.

Je me rends compte que je n’ai cessé de citer des cinéastes et des acteurs du passé en tentant de parler de ce film qui est pourtant si frais et novateur. La raison est bien simple. A l’instar de tous ces films, le film de Desplechin nous (ré)apprend le pouvoir du cinéma de rendre magique les choses les plus banales, celles qui nous constituent en somme. Rois et reine est un film pour tous les âges, pour toutes sortes de personnes, un film qu’on peut aller voir avec ses enfants, ses amis ou avec sa grand-mère. Un film à la fois brutal et doux, évident et complexe. Un film triste qui donne pourtant envie d’attendre beaucoup de la vie et du cinéma…

 
         
 


La Educacion del Rey

Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

Un vent de liberté

La Colle

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Citoyen d honneur

Traque à Boston

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

ABLUKA (Suspicions)

Theeb

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

Danish Girl

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

La Fille du patron

Je vous souhaite d'être follement aimée

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Le fils de Saul

Capitaine Thomas Sankara

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Une Seconde Mère

Le Retour de Fabiola

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

Le Dos Rouge

Les Optimistes

10.000 km

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

MAESTRO

HIPPOCRATE

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Mystery

Camille Claudel 1915

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   Rois et Reines

> Notes de la rédaction
   R. Lefèvre Favorable
   C. Gallot Très favorable
   H. Lanoë Très favorable
   L. Bonnecarrère Très favorable
   C. Litwin Favorable
   M. Buch Très favorable
   S. Legré Très favorable
   E. Castagné Assez favorable
   S. Malek Très favorable
   L. Jacquart Très favorable
   J. Kessler Très favorable
   A. Fischmeister Assez favorable
   C. Brou Très favorable