Le Pont des Arts

Film français de Eugène Green

Avec Adrien Michaux, Natacha Régnier, Alexis Loret, Denis Podalydès, Olivier Gourmet, Jérémie Rénier...

Sortie le 10-11-2004
 
   

Par Raphaël Lefèvre


Durée: 2h06

 
 
   

L'Art des ponts

Il y a chez Eugène Green, c’est indéniable, une certaine posture artistique. L’auteur du Monde vivant inscrit clairement sa démarche dans une imposante lignée culturelle reliant la Bible à Bresson en passant par la musique baroque… Par ailleurs, Le Pont des Arts n’est pas sans évoquer les Straub, Eustache ou Rohmer. Fort heureusement, ces figures tutélaires, parfaitement digérées, n’encombrent pas le film à la manière de références vénérées et plagiées. Fort des acquis de cette modernité française, Green fait oeuvre personnelle pour dresser d’envoûtantes passerelles entre la matière et l’esprit, la vie et la mort, le grotesque et le sublime.

Des cinéastes précités, Green reprend une certaine distanciation du jeu des acteurs passant par l’attention portée à la prononciation. Il y a au fond une belle honnêteté dans ce procédé, qui d’une part met à nu dialogues et émotions, les révélant dans toute leur pureté, d’autre part interdit l’esbroufe et livre le potentiel de l’auteur de façon brute. Un jeu de mots tel que «Bar rock» s’offre ainsi dans toute sa nullité autant que dans son génie ludique… Porté par une grâce toute rohmérienne, le film possède une jubilation des dialogues qui tient autant des bricolages poétiques de Cocteau que de la logorrhée existentielle d’Eustache. La Parole, avec laquelle il entretient un rapport mystique, est sacralisée, ritualisée pour devenir un passeur – parmi d’autres – entre le prosaïque et le divin. Recourant au morcellement frontal de la réalité dont se servait Bresson pour ouvrir dans les béances du montage les portes du Réel métaphysique, le cinéma de Green est en fait tout entier mystique, et fait pleinement exister la réalité enregistrée pour mieux la transcender et accéder au Verbe, ce souffle divin qui est l’essence de toute chose et se manifeste dans l’Art.
Par instants, le sublime affleure – et ce principalement lorsque la lumière se manifeste, caressant le suave visage d’Alexis Loret qui renaît après un deuil, sublimant deux ombres qui se rapprochent pour ne faire qu’une sur le plancher du pont des Arts ou illuminant la coupole de l’Institut de France… On le sent bien, Eugène Green est un cinéaste de la lumière. C’est pourquoi l’on se prend à regretter que si peu de clarté soit captée par sa caméra pour que rayonne la sensation de la présence du Verbe. Il est dommage que Green ne retrouve pas entièrement dans la matière visuelle et sonore de son film cette qualité magique qu’il prête à la musique (souffle silencieux dans l’éther, cette dernière s’incarne dans une voix humaine pour s’ouvrir au monde). Face à une aussi belle profession de foi, il semble un peu trivial de s’attarder sur de préoccupations aussi bassement techniques que la photographie – plutôt morne – et le son – souvent saturé ; ces éléments ont pourtant un rôle à jouer dans le discours esthétique. Cependant, le préjudice n’est pas grand. L’imperfection du rendu, liée, sans nul doute, à la précarité des moyens, ne fait que mieux ressortir la grâce authentique – exempte, malgré les apparences, d’afféteries de style ou de minauderies artificielles – qui habite le désir de cinéma de Green, et qui donne à son film une fraîcheur et un charme délicieux. Après tout, ne suffit-il pas de filmer Natacha Régnier (dont la force fragile et la sérénité inquiète atteignent ici une évidente plénitude) et Adrien Michaux (croisement insouciant entre Jean-Pierre Léaud, Donovan et un éphèbe des tableaux de la Renaissance) pour être irradié de clarté ?

Evacuant joyeusement le trop-plein de sérieux qui guette ses convictions (sa pose ?) de franc-tireur autoproclamé, Green se livre parallèlement à une satire savoureuse de la conception bourgeoise de l’Art, fustige le Ministère de la Culture (auquel il reproche, entre autres, d’avoir institué la Fête de la Musique…) et jette un regard amusé sur une certaine sécheresse intellectuelle universitaire. Caricature ? Certes. Règlement de compte ? Peut-être. Mais à vrai dire, on n’en a que faire. D’une part parce qu’on nage sciemment dans l’excès et la cocasserie, d’autre part parce que la démarche stylistique évoquée plus haut donne une présence et une humanité singulières aux figures croquées. En directeur artistique pédant, arrogant et cruel, personnage haut en couleur qui prend son pied – et, de fait, le remue – en exécutant avec une ferveur affectée les trilles dont ne manquent pas les morceaux de musique baroque, Denis Podalydès, notamment, est prodigieusement drôle. Son accent barbare (entendre « anglo-saxon » dans le langage de Green) et ses langoureux grognements sont à se tordre.

Il est à noter que le même morceau de Monteverdi, Il Lamento della ninfa, est utilisé ici et dans Comme une image. C’est peu de dire qu’il est bien mieux servi chez Green que chez Jaoui. Les films ont d’ailleurs un autre point commun, leurs propos sur les microcosmes culturels parisiens n’étant pas si éloignés que ça. Mais la différence, de taille, réside dans le regard, véhément chez Jaoui, empreint d’un sens consommé de la dérision chez Green. Lequel marque en outre un point décisif en proposant comme contrepoint à cette satire une authentique conception de l’Art tirant vers le haut, là où Jaoui se complaît dans une certaine démagogie. Résultat : Comme une image reste au niveau de sa critique réaliste et déplaisante, tandis que Le Pont des Arts, s’il n’est pas parfait, virevolte néanmoins gaiement dans les hauteurs métaphysiques.

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de H. Lanoë

> Notes de la rédaction
   R. Lefèvre Favorable
   H. Lanoë Favorable
   L. Bonnecarrère Très favorable
   M. Buch Favorable
   S. Legré Favorable
   S. Malek Favorable
   J. Kessler Doit faire ses preuves