Carandiru

Film brésilien de Hector Babenco

Avec Luiz Carlos Vasconcelos, Milton Gonçalves, Ivan de Almeida...

Sortie le 03-06-2004
Sélection officielle Cannes 2003
 
   

Par Raphaël Lefèvre


Durée: 2h26

 
 
   

Hector Babenco ou la fausse audace

A propos du Baiser de la femme araignée (1985) et de Carandiru (2003).

Faut-il de tout pour faire un monde ?
Babenco est un étrange réalisateur qui donne l’impression de vouloir embrasser tous les points de vue. Mais à vouloir tout dire, on finit parfois par ne rien dire.
C’est ce qui faisait la faiblesse du Baiser de la femme araignée, film qui, justifiant tout et tout le monde, défendait d’un même élan le cinéma fasciste (parce qu’il sait faire rêver certaines personnes) et la conscience révolutionnaire (parce qu’il est beau de se battre pour une cause)… A vrai dire, nous le verrons ci-après, le cinéaste n’est pas sans délivrer de message. Il prend parti, s’insurgeant contre toute forme de répression, mais entend rendre sensible la complexité de la réalité. Il ne parvient malheureusement à aucun moment à éviter la caricature, tout en échouant à présenter des enjeux clairs. Il s’avère enfin incapable de dégager de véritables émotions esthétiques liées à la complexité dont il prétend rendre compte.

Leçons de tolérance.
Film évoquant le destin de quelques détenus de ce qui fut la plus grande prison d’Amérique latine, Carandiru prêche une tolérance béate, que personnifie le personnage du médecin, exaspérant modèle de bonté arborant constamment un bienveillant sourire aux lèvres. Babenco, qui affirme pourtant dans le dossier de presse éprouver «une grande antipathie pour les films qui défendent une cause», milite sans ambiguïté pour la compréhension, la compassion et l’indulgence vis-à-vis des prisonniers, voire l’admiration face au système social qu’ils ont organisé afin de survivre au sein de l’établissement pénitentiaire. Cela poserait peu problème si, pour parvenir à ses fins, il ne forçait le trait, finissant par faire de ses criminels incarcérés de saints martyrs, auxquels s’oppose l’inhumaine police militaire, symbole de «la société» – notion galvaudée s’il en est, qui gagnerait à être redéfinie et maniée avec précaution, tandis qu’elle devient trop facilement un fourre-tout responsable de tous les maux de ce monde – cette instance qui juge et qui réprime, dirigée par des politiciens corrompus matant violemment tout embryon d’émeute pour gagner des élections. Bien qu’il fasse référence à des faits avérés et exhorte à de louables sentiments humanistes, le discours, sans nuance, s’avère assez primaire.*

Un cinéma qui ne sait pas ce qu’il veut.
On perçoit mal l’ambition de ce film «basé sur des faits réels», tendant à s’ancrer dans la réalité sociale du Brésil des années 90 et comportant une certaine dimension documentaire, mais qui aspire à faire le même effet que «les films de prison en noir et blanc» et croule sous le poids des artifices. Babenco prétend pratiquer «un réalisme qui tend à l’hyper-réalisme» et fuir la «manipulation émotionnelle», mais Carandiru accumule les allégories, les métaphores grosses comme ça, l’humour complaisant et les dialogues poussifs truffés de sentences («Existe-t-il un remède contre la culpabilité ? – Si c’était le cas, tout le monde voudrait en prendre…») ; la narration s’encombre de flash-backs illustratifs inutiles ; les personnages, même s’ils ne sont ni tout noir ni tout blancs, répondent tous à un typage digne d’une telenovela ; et la photo de Walter Carvalho (le chef-op brésilien à la mode ces temps-ci), très chromatique, esthétise le film malgré elle…

Les bonnes intentions ne font pas les bons films.
Les films de Babenco souffrent en fait d’un large et cruel fossé séparant visées et résultat. En témoigne notamment son traitement singulièrement dérangeant des homosexuels. Dans Le Baiser de la femme araignée, le personnage de folle joué par William Hurt, malgré l’humanité et le talent de l’acteur, était particulièrement pénible. Babenco, pour qui l’homosexualité ne semble être qu’un folklore, récidive dans Carandiru avec le travesti Lady Di. En dehors de son orientation sexuelle et de ses choix vestimentaires, le personnage, sans identité ni motivations, n’existe pas. Son compagnon Pas-de-chance, qui bénéficie d’un rôle important auprès du médecin, n’est au fond guère mieux traité. Soucieux de délivrer un message de tolérance, le cinéaste tombe dans l’écueil de la caricature, et n’est capable de susciter à l’égard de ces personnages, êtres faibles dont il fait des monstres pitoyables, que rires et pitié.**

Le conformisme derrière le vernis de hardiesse.
En apparence complexe, original, critique mais fédérateur, libre et éthique – en réalité simpliste, académique, lénifiant, édulcoré tout en étant d’une violence et d’une vulgarité frôlant l’abjection – le cinéma de Babenco est en somme un cinéma de fausses audaces.

____________
* Soit dit en passant, il n’est pas sans faire songer à un Kusturica…
** Je ne saurais m’empêcher de renvoyer, à ce sujet, au cinéma d’Almodóvar et notamment à La Mauvaise éducation. Il n’est qu’à comparer le personnage, complexe à plus d’un égard, de Zahara à celui de Lady Di pour se convaincre de l’indigence de ce dernier.

 
         
 


L'Echange des Princesses

A Ghost Story

The Florida Project

LUCKY

La Promesse

La Educacion del Rey

Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

Un vent de liberté

La Colle

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

ABLUKA (Suspicions)

Theeb

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Le Chant du merle

Jodorowsky s Dune

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

Steve Jobs

La Terre et l'Ombre

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

La Fille du patron

Je vous souhaite d'être follement aimée

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

Le Dos Rouge

Les Optimistes

10.000 km

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Amours Cannibales

Terre battue

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Conversation animée avec Noam Chomsky

BABYSITTING

Melaza

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

TONNERRE

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

La Playa D.C.

Les Lendemains

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Cloud Atlas

Mystery

Camille Claudel 1915

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Tu honoreras ta mère et ta mère

Antiviral

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

Le Monde de Charlie

Héritage

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

BOY

Le Jour de la Grenouille

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

La Terre outragée

Perfect Sense

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

Une Bouteille à la Mer

Jeux d'été

EN SECRET

Tatsumi

Another Happy Day

Hanezu l'esprit des Montagnes

L'OISEAU

J.EDGAR

ELLES

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Echange standard

Corpo celeste

Hugo Cabret

Hell and back again

Des Vents contraires

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Sweet Grass

Le Voyage extraordinaire

Footnote

Shame

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Mon pire cauchemar

Bonsaï

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

La Mujer sin Piano

Les deux chevaux de Gengis Khan

Le Complexe du Castor

Une séparation

Balada Triste

Into Eternity

Le Secret de Charlie

Des filles en noir

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de C. Litwin

> Notes de la rédaction
   R. Lefèvre Doit faire ses preuves
   C. Litwin Assez favorable