La Vie est un miracle
Zivot je cudo

Film international de Emir Kusturica
France-Serbie-Montenegro

Avec Slavko Stimac, Natasa Solak, Vesna Trivalic...

Sortie le 14-05-2004
Compétition officielle Cannes 2004
 
   

Par Raphaël Lefèvre


Durée: 2h34

 
 
   

Marmite bosniaque

Prenez un préposé serbe aux lignes de chemin de fer bosniaques, sa femme cantatrice, son fils footballeur, des notables plus ou moins corrompus, tout un tas de barbus pittoresques, un officier désabusé, un troufion demeuré ; mêlez-y un âne suicidaire, un ours squatteur, un chien, un chat et une flopée de volatiles en tous genres ; incorporez une infirmière musulmane ; mélangez tout ça dans une sale guerre ; ajoutez une bonne lampée de flonflon slave : vous obtenez La Vie est un miracle, une bouillie totalement indigeste, aussi bien moralement que physiquement.

La polémique qui entoure Kusturica depuis Underground n’est pas près de se dissiper. Le réalisateur serbo-bosniaque a remis le couvert. La légèreté avec laquelle il traite le conflit yougoslave dans La Vie est un miracle est pour le moins dérangeante. Pour un peu, il le comparerait avec ce match de foot qui tourne mal à cause d’une mauvaise blague. Pour un peu, ce serait la faute à pas de chance. Faut-il s’en réjouir, le cinéaste ne se contente pas de cette interprétation simpliste que justifie sa métaphysique de l’absurde. Sa «fable» (on se rappelle, soit dit en passant, ce que donnait une «fable» avec Roberto Benigni) cache bien mal un discours populiste et caricatural - au mieux naïf, au pire dégueulasse - sur la guerre civile en ex-Yougoslavie. S’il y a des responsables, ce sont les politiciens pourris, entraînés dans leur galère par les Occidentaux avec leur prétendue modernité, leurs cigarettes, leur pétrole, leur drogue et leurs ridicules soldats de l’ONU... Les petites gens de ces bonnes contrées ont été embarquées là-dedans sans avoir rien demandé !

Kusturica croit sans doute que, parce qu’il traite avec un semblant de compassion quelques hommes et femmes subissant la tourmente de la guerre, il vaut mieux que l’odieuse journaliste américaine débitant ses conneries larmoyantes dans le poste de télévision ? Pourtant, tout comme elle, il ne fait rien d’autre que dramatiser et instrumentaliser le conflit au profit de son discours. Et ses personnages donnent parfois l’impression de n’être que des pantins sans âme au service de son petit monde exubérant de démiurge slave n’en faisant qu’à sa tête et cultivant l’ambiguïté. Son relativisme constant finit par installer le malaise. D’un côté, il s’apitoie des conséquences de la guerre. De l’autre, il voudrait qu’on trouve drôles et touchantes les maladresses de la belle Sabaha, pourtant très graves dans ce contexte violent, et fait l’apologie de la fuite inconsciente vers un ailleurs où les responsabilités seraient moins lourdes. Dans une séquence fiévreuse probablement faite pour exalter, le Roméo des Balkans fait en effet miroiter à sa Juliette un exil en Australie. Etant donnée la politique d’immigration du pays, ils risquent d’y être fort mal accueillis... Kusturica en est-il conscient ? L’ironie résidant alors dans cette scène peut la rendre d’autant plus pathétique ; elle peut aussi donner une désagréable impression de cynisme vis-à-vis des personnages. Mais peut-être le cinéaste n’a-t-il choisi ce pays que pour sa position géographique, poétiquement antipodique ? Ce qui s'avère assez mince…

De toute façon, tout débat éthique mis à part, le film ne tient pas le coup. Les acteurs sont aussi mauvais que les dialogues qu’ils ont à dire, la musique, omniprésente, ne retrouve pas la magie de celle de Goran Bregovic, la confusion règne. Trop de rythme tue le rythme. Il est bien loin, le joyeux bazar euphorique que Kusturica maîtrisait encore dans Chat noir, chat blanc ; on a ici affaire à un bordel pur et simple, une interminable cacophonie d’une lourdeur sans nom. Ce n’est plus de la poésie, c’est l’exploitation exacerbée d’un folklore reposant en trop grande partie sur un humour facile à base d’excentricité généralisée, de truculence furieuse, d’ironie noire, de burlesque pachydermique, de bêtise des personnages et d’anthropomorphisme animal. Kusturica a éculé le genre lui-même, il utilise les mêmes recettes : il ne peut plus étonner. Ecrasées par le baroquisme outrancier, même les idées séduisantes (le lit qui vole, par exemple), faute d’être exploitées à fond, avec du temps et de la conviction, ne convainquent guère. Il est même difficile – c’est un comble – de croire à l’histoire d’amour à travers laquelle le réalisateur voudrait faire passer son message «humaniste», sa croyance en les sentiments et en l’harmonie avec la nature. Un message auquel on adhérerait volontiers s’il n’était délivré avec autant d’ambiguïté, d’inconséquence... et de bruit.

 
         
 


La Educacion del Rey

Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

Un vent de liberté

La Colle

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Citoyen d honneur

Traque à Boston

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

ABLUKA (Suspicions)

Theeb

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

Danish Girl

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

La Fille du patron

Je vous souhaite d'être follement aimée

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Le fils de Saul

Capitaine Thomas Sankara

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Une Seconde Mère

Le Retour de Fabiola

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

Le Dos Rouge

Les Optimistes

10.000 km

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

MAESTRO

HIPPOCRATE

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Mystery

Camille Claudel 1915

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Notes de la rédaction
   M. Klimoff Assez favorable
   R. Lefèvre Doit faire ses preuves
   C. Schulmann Favorable
   S. Legré Assez favorable
   F. Saget Favorable
   J. Kessler Doit faire ses preuves
   A. Jurkiewicz-Renevier Assez favorable
   C. Brou Assez favorable