La Mauvaise Education
La Mala Educacion

Film espagnol de Pedro Almodovar

Avec Gael Garcia Bernal, Fele Martinez, Javier Camara

Sortie le 12-05-2004
Ouverture du Festival de Cannes 2004
 
   

Par Mikael Buch


Durée: 1h50

 
 
   

L'éducation sentimentale selon Almodovar

A travers plusieurs narrations s’imbriquant les unes dans les autres à la manière de poupées russes, Almodovar poursuit la voie ouverte avec Parle avec elle. Un cinéma de passions froides. Le cinéaste revient sur les lieux de sa période la plus excentrique pour réaliser un véritable film noir. En reconstituant l’Espagne dans laquelle il a grandi puis conçu ses premiers films, Almodovar pose un regard amer sur des passions qu’il ne peut maintenant qu'aborder avec une certaine distance.   

1960. Dans un internat religieux en pleine Espagne franquiste, deux enfants, Enrique et Ignacio, tombent amoureux l’un de l’autre. Le père Manolo, curé pédophile, est amoureux d’Ignacio. Il s’occupera de les séparer en brisant leur amour.
1977. Ignacio est devenu Sahara, un travesti qui imite avec passion la vedette espagnole Sara Montiel. Sahara va retrouver le père Manolo pour lui faire du chantage, dans  le but de se venger de tous les abus de son enfance.
1980. Enrique tourne une adaptation d’une nouvelle d’Ignacio sur ces années d’enfance et sur la vengeance de Sahara.

Almodovar alterne ces histoires,  brouillant les frontières entre les différents niveaux de fiction. Ce qui coupe le souffle dans ce film, c’est avant tout la simplicité avec laquelle Almodovar  parvient à mettre en scène une narration terriblement complexe. C’est dans l’opposition entre les différents univers qu’il nous présente que nous pouvons comprendre la vérité de chaque personnage. Almodovar semble avoir réfléchi en peintre cubiste, nous offrant sur une même toile une multitude de points de vue  qui se superposent pour donner une forme nouvelle.

Dans d’autres films tels que Tout sur ma mère,  Almodovar nous avait appris comme personne à aimer ses personnages.  Il  réalise ici une tâche tout à fait différente et sans doute plus difficile. Il nous apprend à les comprendre. Du curé pédophile au transsexuel héroïnomane transformé en maître chanteur, tous les personnages sont à la fois bourreaux et victimes. Ils sont pris aux pièges qu’ils ont eux-mêmes conçus. Rares sont les cinéastes qui ont su à ce point, construire des personnages aussi nuancés et aussi intenses à la fois. L’amour fait mal dans le cercle de passions froides que trace Almodovar.

 Il y a quelque chose de clinique dans sa façon de déconstruire les passions de chaque personnage. La passion chez Almodovar, c’est évidemment la volonté de posséder l’autre de toutes les façons imaginables, le besoin d’être aimé, mais c’est aussi la passion au sens christique du terme. C’est un chemin de croix que parcourent  chacun de ses personnages, un chemin plein de souffrance et de dévotion, un chemin de foi et de don de soi. Il y a quelque chose de très rossellinien dans ce film, quelque chose qui fait penser à La Voix humaine,  pour lequel Rossellini avait voulu transformer sa caméra en « microscope des sentiments ».  Pedro semble être devenu le docteur Almodovar.
 
Mais si ce film  a  "un frère jumeau", c’est sans doute La Loi du désir, réalisé par Almodovar dix-huit ans plus tôt. Ces deux films partagent leur sobriété et leur volonté de montrer la portée destructrice et fascinante du désir. L’histoire de La Mauvaise Education est d’ailleurs annoncée dans une scène de La Loi du désir, lorsque le transsexuel interprété par Carmen Maura rentre dans la chapelle de son ancienne école et retrouve le curé qui avait abusé de lui pendant son enfance. D’autre part, Almodovar nous prouve dans les deux cas, son talent pour tracer un chemin allant de l’autobiographie au fantasme, du souvenir à la fiction. La Loi du désir et La Mauvaise Education sont également les deux films du cinéaste affichant le plus clairement  une sensibilité et une sensualité purement homosexuelles. L’hétérosexualité n’y fait pas l’ombre d’une apparition. Almodovar conçoit une esthétique purement liée au désir homosexuel, capable néanmoins de rester accessible à n’importe quel spectateur. Ses films ne finissent pas d’explorer le rapport entre désir et cinéma, de tenter d’universaliser dans l’espace d’un film des pulsions qui ne peuvent être qu’individuelles dans la vie.

Quelque part entre La Loi du désir et Parle avec elle, Almodovar pose un regard à la fois pudique et profond sur sa vie et son oeuvre, faisant ainsi preuve d’une grande maturité. Pedro Almodovar a vieilli et si le temps lui a donné une maîtrise incontestable des recours que le cinéma peut offrir, il lui a en même temps enlevé une certaine spontanéité. L’élève rebelle est devenu un grand maître. Il n’y a rien de répréhensible. Almodovar a eu, au contraire l’audace de savoir évoluer, de ne pas rester ancré dans un temps passé.   

Si nous pouvons reprocher quelque chose à Almodovar, c’est de ne pas avoir fait un film plus long. Les personnages secondaires auraient sans doute gagné à exister un peu plus dans la durée. Il est regrettable qu'Almodovar ne nous offre pas plus de moments avec le magnifique travesti interprété par Javier Camara. Mais même les reproches que l’on peut faire à ce film ressemblent à des compliments. Almodovar a cette élégance de ne jamais s’attarder sur son propre talent, de passer à autre chose plutôt que de courir le risque de tomber dans la contemplation.

S'il a décidé de réaliser dans le contexte actuel, son premier film véritablement historique et de mettre côte à côte, la rigidité de l’éducation franquiste et la liberté frénétique de la movida, ce n’est nullement un hasard. Almodovar est bien placé pour savoir que les huit ans de gouvernement de Jose-Maria Aznar ont représenté sur beaucoup de points, un certain retour à cette mentalité rigide. Le film sortait en Espagne quatre jours après la victoire du parti socialiste. Un mois plus tard, le nouveau premier ministre s’engageait en faveur du mariage gay. C’était la fin de la mauvaise éducation.



 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de H. Lanoë

> Notes de la rédaction
   M. Klimoff Favorable
   R. Lefèvre Très favorable
   C. Gallot Favorable
   H. Lanoë Doit faire ses preuves
   L. Bonnecarrère Favorable
   M. Buch Très favorable
   S. Legré Favorable
   F. Rouyer Très favorable
   F. Saget Favorable
   J. Kessler Assez favorable
   A. Jurkiewicz-Renevier Favorable
   C. Brou Favorable