Big Fish

Film américain de Tim Burton
D'après le roman de Daniel Wallace

Avec Albert Finney, Ewan McGregor, Billy Crudup, Jessica Lange, Marion Cotillard, Helena Bonham Carter, Danny DeVito, Steve Buscemi, Alison Lohman...

Sortie le 03-03-2004
 
   

Par Raphaël Lefèvre


Durée: 2h05

 
 
   

Mon père, ce héros pas très discret

De la même façon que Spider-Man de Raimi était une évocation bigger than life de l'adolescence et qu'Eraserhead de Lynch matérialisait l'étrangeté du nouveau-né, Big Fish propose une métaphore du rôle de la mythologie dans la relation père-fils. Un jeune homme sur le point d'être père (Billy Crudup, le beau brun de Presque célèbre) accourt au chevet de son père mourant (Albert Finney, formidable), accompagné de sa femme (Marion Cotillard, dans un rôle aussi peu intéressant que celui de la mère, jouée par Jessica Lange). Il aimerait connaître la vérité sur la vie de son géniteur, qui a toujours fait montre d'une joyeuse tendance à l'affabulation. Il apprendra qu'on est aussi l'image que l'on donne de soi, et qu'il est important de savoir embellir la vie avec un peu d'imagination...

Un père qui meurt, un bébé qui naît, ça vous change son homme. C'est sûr, Tim Burton a changé. En bien, en mal ? Difficile à dire. Il a changé, c'est tout. De ce fait, voir Big Fish n'est pas une expérience banale. On y reconnaît Burton, et on ne l'y reconnaît pas. On se retrouve à faire le grand écart, toute une partie du film se révélant d'autant plus savoureuse qu'on connaît l'univers du cinéaste, un autre aspect exigeant presque qu'on oublie ce qu'il a fait avant pour éviter la déception. Plutôt déconcertant. Il est touchant de voir un Burton apaisé tenter de se réconcilier avec la réalité ; il s'avère malheureusement nettement moins à l'aise dans les scènes de vie réelle que dans la fantaisie. Une fantaisie qui, elle-même, déconcerte.

Car c'est à du Burton étrangement édulcoré, mouliné, ripoliné et propret qu'on a affaire ! Une image un rien surannée (de Philippe Rousselot, déjà là sur La Planète des singes), une musique estampillée "jolie" (son réalisateur fétiche changeant, Danny Elfman a suivi), une ballade au générique final (heureusement, c'est Pearl Jam, on aurait pu tomber sur pire), des scènes de famille un peu niaises (sauf quand l'humour prend le dessus), une morale réchauffée ("être terre-à-terre, c'est mal ; l'imagination, c'est bien")... Où sont donc passées les envolées gothiques, la touche macabre et les ricanements grinçants dont frémissaient les films précédents du transfuge miscasté de chez Disney ? C'est à se demander s'il ne regrette pas cette période de sa vie qu'il a si souvent dénigrée...

Et pourtant, à bien y penser, Big Fish est un film plutôt riche. Qui procède simplement à la greffe sur de nouvelles contrées cinématographiques de l'univers burtonien - qu'on reconnaît tout de même dans un certain nombre de critiques sociales, plus discrètes que jadis mais bien présentes : une voiture de bigotes écartée de la route non sans une certaine violence, la foule prompte au lynchage et les promoteurs immobiliers en prenant pour leur grade, etc. Avec un malicieux sens du détail et du clin d'oeil, le film - dont l'auteur va jusqu'à se livrer à quelques auto-citations (Edward au détour d'un plan sur une banlieue pavillonnaire, Sleepy Hollow dans une forêt sombre et brumeuse...) - ne cesse d'évoquer une mythologie cinématographique ne se cantonnant plus à Browning, aux flamboyants films d'épouvante et à la série Z : un vieil homme joue au banjo le morceau mythique et glaçant de Délivrance de Boorman, un personnage du nom de Soggy Bottom rappelle à la mémoire le groupe des trois larrons d'O' Brother des frères Coen, auquel le film fait d'ailleurs plus d'une fois penser, etc.

La réflexion du fils sur la blague racontée tellement de fois qu'elle n'est plus drôle, et qu'on redécouvre en se rappelant pourquoi elle nous faisait rire la première fois, peut nous mettre la puce à l'oreille : peut-être Tim Burton ne fait-il dans Big Fish autre chose que de redécouvrir pourquoi les bons sentiments et les clichés peuvent nous toucher ? L'entreprise, audacieuse, n'est pas complètement réussie, Hollywood - dans ce qu'il a de conventionnel et de bien pensant - n'étant jamais complètement absent. Traversé par un vrai souffle, le film offre néanmoins de formidables moments de poésie, et parmi les morceaux de comédie les plus drôles qu'il nous ait été donné de voir ces derniers temps.

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Notes de la rédaction
   M. Klimoff Favorable
   R. Lefèvre Assez favorable
   C. Gallot Assez favorable
   L. Bonnecarrère Favorable
   C. Litwin Assez favorable
   M. Perrolier Assez favorable
   F. Rouyer Assez favorable
   J. Kessler Doit faire ses preuves
   A. Jurkiewicz-Renevier Assez favorable
   A. Fischmeister Favorable
   C. Brou Assez favorable