Les Mains vides
Les Mans buides

Film français de Marc Recha
Coproduction franco-espagnole

Avec Eduardo Noriega, Olivier Gourmet, Mireille Perrier...

Sortie le 11-02-2004
Sélection officielle - Un Certain Regard - Cannes 2003
 
   

Par Mikael Buch


Durée: 2h10

 
 
   

Comment j’ai sombré dans la folie à cause de Marc Recha

J’ai envie de faire une critique complètement folle de ce film, une critique "follement élogieuse", j’ai envie d’être fou comme un film de Marc Recha. Normalement on commence une critique par une sorte de résumé du film. Il faut vous expliquer l’intrigue, l’histoire, la trame… Mais le problème, mon problème, est que j’ai vu un film de Marc Recha et que je crois que je n’ai pas très envie de résumer quoi que ce soit par rapport à ce film. On ne résume pas les toiles lorsqu’on visite le Louvre. Pourquoi devrait-on, après tout, résumer les films ?

On peut par contre parler de tous ces objets qui circulent de main en main, sans jamais être là où on les cherche, de ces mains vides qui frappent à toutes les portes sans obtenir de réponse, de ces personnes qui ne sont jamais au bon endroit mais qui, lorsqu’elles y arrivent, ne trouvent pas les bons mots. On peut aussi parler du corps de la vieille Madame Catherine, morte soudainement et dont personne ne sait très bien comment se débarrasser. Tout le monde semble être de passage dans ce village catalan. C’est peut-être un ballet austère et existentiel à l’état brut, puis pas si brut… oui, c’est un ballet, mais qu’on ne sait pas très bien comment danser.

Dire que le réalisateur de Pau et son frère nous surprend est un euphémisme. Il va contre toutes les attentes. Mais comment s’attendre à un film pareil ? Au moment où l’on s’attend à une vision naturaliste du village et de ces habitants, Recha se rapproche avec grâce de Jacques Tati. L’humour surgit du glauque, la couleur surgit du gris, le rire (hystérique) surgit du silence… Recha travaille le mouvement qui permet à un personnage de passer d’un monde à l’autre.

Ce qui est d’abord jouissif dans ce film, c’est en effet sa liberté de s’affranchir du réalisme pour aller vers autre chose… un perroquet (vert) qui se fout de la gueule de tout le monde - de la nôtre aussi -, une boîte (rouge) pleine d’argent qui ne cesse de circuler, un cadavre (blanc) qui n’est plus à l’endroit où on l’avait laissé… Ce film est fou… je suis fou… je pensais à ce film il y a quelques minutes, un film dans la campagne catalane et je pensais à Tati. Ce film est fou parce que d’un coup tout me fait penser à Bonnard, à ses couleurs à la fois justes et injustifiables… Ce film est fou, je suis fou et les fous ont toujours trop de raison pour l’être.

Disons-le, le film de Marc Recha fait du bien parce qu’il nous rappelle que l’engagement par rapport à la réalité ne passe pas forcément (et souvent ne passe pas du tout) par le réalisme ou le naturalisme. Il nous rappelle, à travers une somme de petits détails, que le cinéma est un "excès de réalisme", qu’il y a des sentiments, des pulsions, des rages et de la folie, mais qu’il n’y a pas de choix aléatoires et qu’il s’agit bien d’une réalité à (dé)construire.

Les Mains vides est aussi une histoire de traces. Ce sont des traces qui trahissent tout un passé de douleur, des traces qui remplissent l’air d’absence, les traces qui vous indiquent le chemin que les morts ont fait en vie, des traces creusées par des bulldozers arrivés au village… On est face à un territoire meurtri, un morceau de terre et donc d’histoire oublié. La vieille Mme Catherine représente toute la mémoire d’un temps mourant, le souvenir lointain d’un amant catalan républicain…

Le film de Recha est politique - comme tous les films, n’est-ce pas ? Sauf qu’ici le cinéaste parle sans mots d’une idée perdue - et peut-être à retrouver - de la politique, d’un attachement  à  une idée de l’Espagne  et du monde qui semble se diluer avec le temps. Si Recha place son action dans ce village catalan, c’est aussi pour poser un nouveau regard sur cette terre d’exil, cet endroit par lequel sont passés tant de républicains et d’intellectuels espagnols lors de la victoire franquiste. Le beau Gérard (Eduardo Noriega) arrive au village, comme les étrangers inconnus dans les westerns. Lui aussi semble chercher une nouvelle terre d’exil. Il semble avoir choisi ce village un peu par hasard, un peu par inadvertance… Mais qu’est-ce qu’il est beau, le "beau Gérard" ! Plus il est perdu, plus il est beau, et on a envie de se perdre un petit peu avec lui, puis on finit par se perdre trop et puis on découvre que ce n’est finalement pas si mal de courir le risque de se perdre "trop" de temps en temps, quand ça en vaut vraiment la peine, quand on peut faire confiance à un cinéaste qui aime encore le cinéma plus que tout, un cinéma qui s’en fiche du box office, des critiques et de cette critique aussi, un cinéma qui s’en fout de toutes ces choses parce qu’il est comme il devait être et c’est tout… et c’est tant !

On pense à plein de choses devant le film de Recha mais ce film, cette envie de cinéma, ne ressemble à rien de ce que nous connaissons déjà. Le film va déranger, va beaucoup déplaire à certains parce qu’il nous prive de tous ces repères rassurants auxquels nous sommes habitués, parce que nous aimons trop mettre les choses dans des cases et que ce film est trop grand pour ça. Un cinéma sans concessions est encore possible. Il y a de quoi sortir une bouteille et boire à la santé de cette sainte folie.

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Notes de la rédaction
   R. Lefèvre Favorable