La Cienaga

Film argentin de Lucretia Martel

Avec Graciela Borges, Mercedes Moran, Juan Cruz Bordeu, Martin Adjemian, Diego Baneas, Leonora Balcarce.

 
   

Par Benjamin Delmotte


Durée: 1h42

 
 
   

Le film nous plonge moins dans une histoire que dans une chronique familiale et une atmosphère de langueur étouffante : avec une grande économie de moyens (quelques lieux et quelques motifs répétés), le film évoque un des thèmes majeurs du cinéma : la famille.

Point de condensation de toutes les névroses et de toutes les maladies, la famille apparaît ici sous la métaphore largement filée de l’étouffement et de l’embourbement.

Embourbement familial.

Nul ne sort indemne de son appartenance à une famille : on découvre ici des parents alcooliques qui n’ont, semble-t-il, rien à se dire depuis longtemps : le seul lien qui les unit réside dans la bouteille de vin qui circule. Le père est un vieux beau inexistant et pitoyable ; la mère rongée par le ressentiment et l’aigreur. Dans ce contexte, les enfants se débrouillent comme ils peuvent ; et cette marge de manœuvre semble bien limitée. De même que la mère reproduit la vie de sa propre mère (elle s’enferme peu à peu dans sa chambre), les enfants sont pris dans un schéma névrotique qui apparaît comme le seul héritage possible : l’aîné vit avec celle qui a été la maîtresse du père, une des jeunes filles transfère tout son amour sur la bonne, une autre connaît un désir incestueux pour son frère. Aux blessures morales s’ajoutent les blessures physiques : on ne compte plus les griffures, les écorchures, les plaies diverses, les marques indélébiles qu’on s’efforce de masquer (cf. l’opération du fils borgne, les cicatrices de la mère…). L’appartenance à une famille est une cicatrice qu’on garde sur soi, une blessure que chaque génération reproduit : le plan final est, à cet égard, terrifiant par sa froideur : les deux jeunes filles reproduisent, au bord de la piscine, les gestes et les attitudes qui étaient cux de leurs parents au tout début du film.

Langueur familiale

Cet embourbement familial est d’autant plus implacable qu’il s’effectue dans un climat de langueur sentimentale et érotique. Lucretia Martel filme au plus près des corps alanguis et moites, des corps qui cherchent désespérément un réconfort, des corps qui se cherchent à l’heure de la sieste, des corps qui s’entassent sur des lits trop petits. Cette langueur et cette recherche désespérée du réconfort sont loin d’être dénués d’érotisme ; cet érotisme est à la fois triste et beau, souvent malsain et incestueux : José, le fils aîné, non content de vivre avec l’ancienne maîtresse de son père, vient se réfugier dans le lit de la mère. Sa sœur vient chercher le réconfort dans son lit à l’heure de la sieste, et l’autre sœur ne cesse de chercher le contact du corps alangui de la bonne. Cette recherche continuelle du corps de l’autre, du contact avec l’autre, confond l’innocence relative de l’enfance et le désir de l’adulte, l’insignifiance du contact entre membres d’une même famille et la tendance incestueuse. Les corps ont grandi ; les jeunes filles ne sont plus des enfants, pas encore des adultes, et semblent étonnées de ce changement corporel.

La peur de la mort violente

Le seul événement qui semble pouvoir rompre, un instant seulement, cet embourbement et cette langueur, c’est celui de l’accident. Il y a dans le film, une profonde angoisse derrière l’embourbement : celle de la mort violente. Chaque situation, aussi anodine soit-elle, contient en germe la possibilité d’une mort, tragique, absurde, dramatique. Une jeune fille qui tarde à réapparaître à la surface de l’eau, un enfant qui par jeu s’arrête de respirer un instant, un autre qui tient son fusil de manière dangereuse… Lucretia Martel ponctue régulièrement le film par cette obsession de la possibilité de la mort – jusqu’à l’événement final qui la fait apparaître de manière implacable et tragique. Cette angoisse de la mort violente s’installe là encore avec une incroyable économie de moyens : un simple cadrage (les deux garçons tenant leur fusil), un simple découpage (lorsque le jeune enfant s’amuse à s’arrêter de respirer) suffisent à poser avec une force saisissante la possibilité de la mort.

Il n’y a pas de salut

Pour couronner cette implacable chute et la chronique de la mort annoncée, le film joue ironiquement sur l’impossibilité du salut : la télévision a beau marteler un reportage sur l’apparition de la Vierge, rien n’y fait. Le salut est une fiction dérisoire, à laquelle s’oppose l’image de cet animal traqué, embourbé dans un marécage et attendant la mort. Lucretia Martel dresse un constat froid et met en place une mécanique de l’inéluctable. Les portes de sortie sont barrées : de même que la mère et la cousine ne feront pas leur voyage en Bolivie, la mort viendra, et les enfants continueront à reproduire le schéma familial.

 
         
 


L'Echange des Princesses

A Ghost Story

The Florida Project

LUCKY

La Promesse

La Educacion del Rey

Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

Un vent de liberté

La Colle

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

ABLUKA (Suspicions)

Theeb

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Le Chant du merle

Jodorowsky s Dune

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

Steve Jobs

La Terre et l'Ombre

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

La Fille du patron

Je vous souhaite d'être follement aimée

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

Le Dos Rouge

Les Optimistes

10.000 km

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Amours Cannibales

Terre battue

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Conversation animée avec Noam Chomsky

BABYSITTING

Melaza

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

TONNERRE

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

La Playa D.C.

Les Lendemains

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Cloud Atlas

Mystery

Camille Claudel 1915

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Tu honoreras ta mère et ta mère

Antiviral

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

Le Monde de Charlie

Héritage

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

BOY

Le Jour de la Grenouille

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

La Terre outragée

Perfect Sense

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

Une Bouteille à la Mer

Jeux d'été

EN SECRET

Tatsumi

Another Happy Day

Hanezu l'esprit des Montagnes

L'OISEAU

J.EDGAR

ELLES

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Echange standard

Corpo celeste

Hugo Cabret

Hell and back again

Des Vents contraires

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Sweet Grass

Le Voyage extraordinaire

Footnote

Shame

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Mon pire cauchemar

Bonsaï

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

La Mujer sin Piano

Les deux chevaux de Gengis Khan

Le Complexe du Castor

Une séparation

Balada Triste

Into Eternity

Le Secret de Charlie

Des filles en noir

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable