Mystic River

Film américain de Clint Eastwood

Avec Sean Penn, Tim Robbins, Kevin Bacon, Laurence Fishburne...

Sortie le 15-10-2003
Sélection officielle Cannes 2003
 
   

Par Raphaël Lefèvre


Durée: 2h17

 
 
   

Ah, qu’il est bon d’assister au retour en grande forme d’anciennes " valeurs sûres " devenues quelque peu paresseuses ces derniers temps ! A l’instar de Woody Allen, dont le nouveau film Anything else (sortie le 29 octobre) est une belle et émouvante réussite mettant fin à une série de films somme toute mineurs, Eastwood nous livre aujourd’hui un film d’une envergure et d’une beauté rarement vues dans sa filmographie pourtant de haute volée. A la fois tragédie humaine, polar, drame psychologique, Mystic River est un film très noir, désabusé, ample, magistral.

Dès le début, Eastwood place la barre très haut. C’est peu dire que ça démarre fort. En quelques brèves scènes entrecoupées de fondus au noir, il angoisse, bouleverse, et campe l’intrigue avec maestria. Evoquée par bribes comme autant de lambeaux de souvenirs hantant une mémoire traumatisée, cette scène fondatrice, sorte de flash-back sans mise en abyme, donne immédiatement au spectateur l’impression d’assister à un moment du passé dont on sentira le poids sur le présent du film. Des années plus tard, en effet, un deuxième crime ouvre les plaies du passé, dévoilant les secrets refoulés et déclenchant de fatals conflits émotionnels.

Encore des crimes ? Le crime ne cessera-t-il donc jamais d’habiter l’œuvre d’Eastwood ? Ce dernier n’en a apparemment pas fini de questionner la violence et sa légitimité avec son regard d’américain libertaire… Mais bien plus qu’un réquisitoire sécuritaire, Mystic River est une réflexion sur la propagation du mal. Les responsables du premier crime ne sont pas clairement identifiés ; on ne les reverra d’ailleurs jamais. Ils sont une incarnation symbolique du Mal, d’autant plus désespérément ironique qu’ils appartiennent à l’Eglise… Le film se penche ainsi individuellement sur des victimes. Jusqu’à ce qu’on réalise que les victimes peuvent aussi être des criminels, et que les coupables ne sont pas forcément ceux que l’on croit… Alors, au-delà des idéologies, il se met à brasser de grandes questions autour de la responsabilité du criminel. Avec un rare pessimisme. Le mauvais sort abattu sur les trois amis marquera à jamais leurs destins du sceau du crime, comme une tache qui se répand sur leurs familles, leurs amis, leur quartier…

L’intrigue est intégralement et solidement plantée dans une réalité géographique, sociale et culturelle, dans le quartier irlandais de Boston, sur les bords de la Mystic River. Quelques plans de grand ensemble et des panoramiques vers le ciel permettent pourtant de respirer tout en instaurant une dialectique de la proximité et de l’éloignement, la première créant une intimité avec les personnages tout en décuplant la puissance émotionnelle, le second traduisant l’insignifiance du drame relaté face à l’immensité du monde tout en lui conférant la portée universelle d’une tragédie classique.

Le film s’achevant, les hommes sont accablés par l’amertume, le chagrin et la fatigue ; et alors qu’on pourrait croire l’affaire tassée, voilà que la situation tombe entre les mains des femmes, qui deviennent à leur tour des chaînons du fatum criminel… L’innocence semble perdue à jamais. Et le mal peut parfois s’avérer un vecteur du bien… Au final, bon gré mal gré, le bon et le mauvais se seront alliés pour éliminer le marginal, plus effrayant que le mal et potentiellement encore plus dangereux pour le contrat social, car moins identifiable et domptable.

En cela, Mystic River est profondément américain ; la discussion sur le base-ball qui ouvre le film et le défilé du Columbus Day qui le clôt sont là pour en attester. Il est de fait habité par une morale américaine. L’importance de la figure nécessaire du père en est un élément. Tim Robbins (impressionnant), réfugié dans la schizophrénie, est ébranlé dans sa paternité en redécouvrant sa personnalité de victime ; le flic Kevin Bacon (parfait) trouve dans l’enquête une sorte de psychanalyse lui permettant de se retrouver et de devenir un père digne et capable, et le caïd de quartier Sean Penn (prodigieux) fait ce qu’il croit être son devoir de père.

Mais Eastwood n’impose pas de jugement. Il lance les pistes, les explore, ouvre la porte aux interprétations, ne prétendant pas détenir la solution (c’est exactement ce qui fait la force d’Elephant, qui sort la semaine prochaine). Il refuse tout manichéisme et déjoue même l’idée selon laquelle la victime reproduit rigoureusement le schéma et devient à son tour coupable… Mise en cause permanente, doutes : rien n’est simple et linéaire au niveau des possibles explications. C’est ce que traduit la figure récurrente du montage parallèle, suggérant que la vérité ne se trouve pas à un seul endroit.

Dans le récit dense et ramifié de Mystic River, chaque personnage est porteur d’un point de vue et de mille questions. L’exemple le plus évident est le personnage de Laurence Fishburne, dont la couleur de peau symbolise l’extériorité de cet observateur par rapport au milieu socio-ethnique dans lequel il enquête. Avec son recul, il porte sur les crimes commis, contrairement à Kevin Bacon, un regard dénué de toute implication affective – ce qui ne l’empêche pas pour autant de se tromper ! On mesure la complexité de ce film qui détourne subtilement la plus grande tradition classique hollywoodienne pour l’enrichir d’une puissance d’évocation et d’une richesse de questionnements remarquables.

Mettant en scène avec élégance l’excellent scénario de Brian Helgeland (déjà scénariste de Créance de sang, il a aussi écrit l’impeccable L.A. Confidential et réalisé Payback et Chevalier !), Eastwood laisse durer les plans et les séquences, et trouve un équilibre parfait entre les dialogues enlevés et le rythme soutenu de l’enquête policière menée par Bacon et Fishburne, et l’intensité dramatique des autres scènes. Rarement on aura ressenti face à un écran de cinéma une aussi belle tension ; et rarement on aura éprouvé autant d’empathie pour les personnages. Cela sans pathos, sans effets abusifs ; rien qu’avec un extraordinaire talent de cinéaste, confirmé par la superbe mise en lumières et par le leitmotiv élégiaque, composé par Eastwood lui-même, qui vient scander le désespoir du film.

Tout cela est fort long, mais si majestueux ! L’univers de fiction créé est tellement parfait que le film pourrait sans désagrément durer des heures, et que l’on se prend à rêver que Mystic River soit une série…

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Notes de la rédaction
   M. Klimoff Favorable
   R. Lefèvre Très favorable
   C. Gallot Très favorable
   H. Lanoë Favorable
   L. Bonnecarrère Très favorable
   L. Becdelièvre Très favorable
   C. Litwin Favorable
   M. Buch Très favorable
   S. Legré Assez favorable
   F. Rouyer Très favorable
   F. Saget Favorable
   A. Jurkiewicz-Renevier Favorable
   B. Jacomino Très favorable