Dogville

Film danois de Lars von Trier

Avec Nicole Kidman, Paul Bettany, Stellan Skarsgård…

Sortie le 21-05-2003
Sélection officielle Cannes 2003
 
   

Par Raphaël Lefèvre


Durée: 2h58

 
 
   

Tous des chiens !

Au bout de cinq minutes, agacé par le dispositif – un décor de studio sans cloison, sans porte, juste des lignes marquées au sol et quelques accessoires -, j’ai déjà envie de partir ; mais comme, par principe, je ne quitte jamais une salle obscure avant la fin du film, bien que je n’aime pas, je reste.

Au bout de deux heures, assommé par le sadisme du scénario et par le caractère nauséeux de la mise en scène, j’ai toujours envie de partir ; mais – toujours un peu par principe, et beaucoup en pensant à la critique indignée que je pourrai en faire -, bien que je déteste, je reste.

Au générique, scandalisé par la fin odieuse (cf. plus bas) et par le banc-titre nauséabond sur lequel défilent les crédits – des photos de l’Amérique misérable accompagnées par le très rock’n’roll Young Americans de David Bowie -, j’attends que les lumières se rallument. Puis je sors enfin, fulminant contre ce film haïssable et méditant tout le mal que je pourrai en dire… Depuis, la détestation qu’a suscité en moi ce film a atteint un tel degré que j’ai fini, avec un peu de recul, par la trouver intrigante, intéressante, voire amusante, et j’ai vaguement revu mon jugement à la hausse. Mais je continue à trouver Dogville abject.

Nul autre que son propre réalisateur ne pouvait surpasser le sadisme du déjà éprouvant Dancer in the dark. Dogville n’est d’ailleurs pas sans rappeler son prédécesseur dans sa façon de faire subir le pire aussi bien à son héroïne-martyre qu’à son spectateur. A la première – Nicole Kidman remplace Björk -, Lars Von Trier inflige d’insoutenables tortures morales et physiques. Il joue sans vergogne avec les nerfs du second, lui imposant de pénibles suspenses assortis de retournements poussifs (le quinzième coup de cloche tardif, le titre de chapitre induisant en erreur…), n’ayant de cesse de lui arracher des larmes en lui enfonçant les doigts dans les yeux. Les climax insoutenables que constituaient le crime de Selma et sa danse dans le couloir de la Mort cèdent ici la place à deux scènes de viols absolument insupportables. L’une tire parti du dispositif avec une irritante habileté et l’autre est accompagnée de dialogues atteignant des sommets de cruauté.

Heureusement, pour notre salut, les dialogues sonnent irrémédiablement faux et il est dur de succomber au " réalisme " du jeu des acteurs, tant leurs sentiments sont factices et leur évolution arbitraire. Il est vrai que le dispositif pour le moins incongru dans lequel le démiurge les a placés, et qui rend sensible la promiscuité de ce petit village de montagne où tout finit toujours par se savoir, permet une distanciation salutaire à l’éprouvante avalanche mélodramatique qu’endurent les personnages. Si une chance est donc consentie au spectateur, aucune, en revanche, n’est laissée aux protagonistes ; au cas où ils pourraient lui échapper, le dictateur Von Trier appelle à la rescousse son narrateur – dont le commentaire est, du reste, fort bien écrit – pour se moquer d’eux, nous rappeler à l’ordre et nous dire que penser d’eux.

Tout ça n’est qu’un jeu : au détour d’une question posée par son personnage principal, Grace (Nicole Kidman, donc, qui passe de la biche aux abois à la gamine capricieuse en passant par la figure christique sans changer grand-chose à son jeu honnête), Lars Von Trier l’admet. On lui en sait gré ; cela ne rend pourtant pas l’entreprise moins déplaisante. Admettons que chacun de ses nouveaux films procure une expérience unique et constitue une recherche formelle intéressante marquant d’une pierre l’évolution du cinéma. Sa mise en scène, qui depuis Breaking the Waves cherche à tout prix à éviter le beau, n’en demeure pas moins éprouvante. A trop vouloir saisir fiévreusement, caméra à l’épaule, des instants magiques de jeu, elle quitte vite le territoire de l’absence de beauté pour atteindre d’invraisemblables excès de laideur. Et si le cinéaste danois aime à se cacher derrière une fausse naïveté et une fausse modestie, ne sachant trouver aucune justification à ses règles du jeu, le plus arrogant, dans cette histoire de chasse à l’arrogance, c’est bien lui. Et des plus détestables qui soient.

Non sans avoir laissé un gangster réfléchi (pauvre James Caan, condamné à jouer impeccablement les mafiosi jusqu’à la fin de sa vie) se livrer à l’apologie de la punition – pour être exact, à l’exhortation à la responsabilité ( mais de là au jugement droitier à l’emporte-pièce, il y a un pas allégrement franchi), le film semble vouloir démontrer qu’il est absurde d’être de gauche et qu’il vaut mieux être anarchiste. Les riches sont des mafieux, les pauvres de veules créatures, alors pourquoi excuser ces derniers puisqu’on est tous pourris ? Lars Von Trier fait preuve d’un cynisme pour le moins stupéfiant. Pas du cynisme désespéré, inquiet ou mélancolique qui fait les " grands cinéastes cyniques " - pour reprendre la formule utilisée contre Todd Solondz par Jean-Philippe Tessé dans le dernier numéro des Cahiers du Cinéma. Non, non. Il fait bien preuve d’un cynisme terminal, d’un cynisme… cynique. Notons au passage qu’étymologiquement, cynisme vient du mot grec pour chien. Dog, Dogville. La boucle est bouclée, la queue est mordue.

Finalement je reconnais à Lars Von Trier et à son film un immense bienfait, dont je leur sais gré : ils m’ont fait réaliser que je n’étais pas si misanthrope que ça. Encore que. En entendant mon voisin déclarer à la fin du film : " C’est bien de voir des films intellectuels, de temps en temps, quand je sors je me sens plus intelligent ! ", j’ai bien failli un instant perdre la foi en l’humanité et épouser le point de vue douteux du film…

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de L. Bonnecarrère
   Lars von Trier : A propos de Dogville

> Notes de la rédaction
   C. Chauvin Assez favorable
   M. Klimoff Favorable
   R. Lefèvre Doit faire ses preuves
   C. Gallot Doit faire ses preuves
   H. Lanoë Doit faire ses preuves
   L. Bonnecarrère Favorable
   L. Becdelièvre Favorable
   S. Legré Très favorable
   J. Kessler Recalé
   C. Brou Très favorable