Matrix Reloaded

Film américain de Andy et Larry Wachowski

Avec Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss, Laurence Fishburne…

Sortie le 16-05-2003
 
   

Par Raphaël Lefèvre


Durée: 2h18

 
 
   

Alerte virale ! Fichier infecté… Disque saturé… Echec au téléchargement.

Mais quelle mouche cybernétique a donc piqué les frères Wachowski, auteurs de l’excitant polar Bound et du premier volet autrement plus maîtrisé de cette soi-disant trilogie ? Les voilà aujourd’hui responsables d'un navet monumentalement indigeste. Énième preuve irradiante que la qualité d’un film n’est pas nécessairement fonction des moyens mis en œuvre, ce Matrix Reloaded est un véritable concentré de n’importe quoi.

Matrix 1, synthèse assumée de plusieurs mythologies et de diverses esthétiques cinématographiques existantes, n’en constituait pas moins une petite révolution, une surprise réjouissante et réellement originale. La large distribution de cette BD ultra-stylisée mais taillée au cordeau – film de genre au premier degré séduisant ; film d’action qui prenait son temps et faisait de ses effets spéciaux des enjeux de la narration ; étonnant " petit blockbuster " teinté d’une réflexion simple mais vertigineuse, et produit hybride surveillé de près par les grands studios car réalisé par deux réalisateurs indépendants quasi-inconnus -, avait constitué un joli coup de poker de l’ordre du " ça passe ou ça casse ". C’était passé, très bien, trop bien peut-être si l’on en juge par ce que le succès a fait subir aux réalisateurs. La bénédiction des studios acquise et de l’argent plein les poches, les Wachowski ont pété les plombs, ne se fixant aucune limite.

Scénario vaseux, dialogues incroyablement indigents… : le film est étonnamment bâclé. Scènes systématiquement trop longues basculant de la contemplation vers la masturbation visuelle, ralentis gratuits à la pelle et overdose d’effets numériques… : il est surtout trop long, trop lent, trop lourd. Plusieurs plans sont entièrement faux, même quand un personnage œuvre dans le champ, très souvent lors des scènes de kung-fu ! On pourrait rétorquer que le film parle justement de ça, des images virtuelles : mais dans ce cas pourquoi ne pas le faire entièrement en images de synthèse ? On a vraiment l’impression qu’on se fout de notre gueule (le chorégraphe des scènes de combat, honteusement spolié, doit se dire la même chose). Survient alors l’hypothèse incongrue : et si les Wachowski l’avaient fait exprès ? S’ils s’étaient mis en tête de couler Joel Silver et Warner Bros. en profitant du succès du premier Matrix et en le faisant suivre par deux navets – l’un qui décevrait ses millions de spectateurs, l’autre qui n’attirerait plus personne, causant par là même la faillite des studios ? Défier une puissance régnant sur les flux d’images (la Matrice/Hollywood) en l’infiltrant pour mieux la désintégrer : n’est-ce pas là le thème même de Matrix ?

Peu probable mais séduisante théorie ! Et seule excuse qui puisse sauver le film, parce que franchement, c’est consternant. Les cours de philo à l'usage de tout un chacun deviennent franchement pénibles, d’autant plus que le film entier baigne dans un insupportable fatalisme. Le charme potentiel du premier degré, surligné par les effets de caméra et de musique tonitruante, n’opère que très peu. Le pompon est magistralement atteint sur Zion, ce dernier bastion de la résistance humaine contre la Matrice tant évoqué dans le premier volet. A haute attente, haute déception ! A quoi ça ressemble ? A une fade resucée des univers de Star Wars et Fourmiz. Qu’est-ce qui s’y passe ? d’affligeantes scènes de ménage, d’écœurants prosternements devant ces nouveaux petits pères des peuples que sont nos héros devenus, et surtout une espèce de méga-rave new age où une population moutonnière, après avoir acclamé un discours fascisant de Morpheus, s’oublie en se trémoussant langoureusement, pieds nus et T-shirts transparents comme dans une pub porno-chic pour un parfum branchouille – tandis qu’à quelques pas de là, Neo et Trinity baisent goulûment… On aura vraiment tout vu.

Heureusement que, pour d’obscures raisons (signifier la puissance, toute relative par rapport à Hollywood, mais bien réelle, de la France dans le monde du cinéma ? La difficulté des relations diplomatiques franco-américaines ?…), les Wachowski ont catapulté Lambert Wilson dans leur univers. Il s’y livre, pour nous consoler, à un numéro d’acteur très court mais, il faut l’avouer, assez savoureux. Flanqué d’une Monica Bellucci pour le moins insipide – à l’unisson, au demeurant, avec le reste de la distribution et utilisée une fois de plus, la pauvre ! pour sa plantureuse plastique -, il campe à cœur joie un frenchie snobinard décadent. Chacun l’appréciera comme il l’entendra, mais sa désopilante réplique " Jurer en français, c’est comme se torcher dans de la soie " est l’unique élément du film qui m’ait fait jubiler. C’est dire…

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de C. Chauvin
   Andy Wachowski : Matrix
   Matrix

> Notes de la rédaction
   C. Chauvin Assez favorable
   M. Klimoff Très favorable
   R. Lefèvre Recalé
   L. Becdelièvre Doit faire ses preuves
   C. Litwin Assez favorable