Les corps impatients

Film français de Xavier Giannoli
Librement inspiré du roman de Christian Montella

Avec Laura Smet, Nicolas Duvauchelle, Marie Denarnaud

Sortie le 23-04-2003
 
   

Par Laure Becdelièvre


Durée: 1h34

 
 
   

Hommage à Maurice Pialat

Dans L’œil humain, son documentaire analytique de A nos amours, Xavier Giannoli avait cherché à comprendre l'un des traits fondamentaux du cinéma de Maurice Pialat, qui est " de ne pas installer une intrigue mais d'observer les comportements intrigants dont les contradictions apparentes nous donnent à sentir un trouble ". Avec Les Corps impatients, son premier long-métrage, le réalisateur s’essaye à une fiction qui aurait comme digéré et diégétisé les leçons du maître pour obtenir un drame psychologique fort et personnel.

Les Corps impatients est un film tourmenté mais assez bouleversant de réalisme, un drame psychologique et humain cru, mais juste. C’est l’histoire de Charlotte, une jeune femme de vingt ans, qui découvre avec son compagnon Paul qu’elle est atteinte d’un cancer du poumon. Ils croisent la route de Ninon, une jeune fille sensuelle et pleine de vie dans les bras de laquelle Charlotte jette Paul. Se forme alors un étrange trio dont les chassés-croisés accrochent paradoxalement Charlotte à la vie.

Xavier Giannoli nous livre ici une mise en scène de l’impudique, mais il s’agit moins d’un exhibitionnisme complaisant que d’un héritage de la crudité propre au cinéma de Pialat, cinéma des sentiments crus et exacerbés, mais qui jamais ne tombe dans le misérabilisme ni le pathétisme facile. Avec Les Corps impatients, Giannoli emprunte à Pialat la mise en scène de l’humain dans des rapports extrêmes, comme la maladie et la mort, qui installe les personnages dans des situations de crise et d’affrontement que la caméra, incisive, suit avec une attention devenant parfois cruauté, voire perversité.

On obtient ainsi une fine et forte analyse psychologique des rapports contradictoires du malade à ses proches, mais cette analyse est moins théorique qu’incarnée en actes, dans l’impatience même des corps et des êtres : ce mélange contradictoire d’attrait et de rejet, d’amour et de haine, d’impuissance et de révolte, de tendresse et de sadisme, qui fait du drame physique de Charlotte un véritable drame psychologique, se mue en un sado-masochisme exacerbé qui, entre pulsions de vie et pulsions de mort, s’exhibe en une violence rare. Cet extrémisme autoflagellatoire de Charlotte, qui pousse son fiancé dans les bras de Ninon, génère une jalousie au sadisme aussi calculateur qu’instinctif, mais qui marque finalement une victoire de la vie sur la mort : en fin de compte, c’est en jalousant que Charlotte réussit à survivre. Je hais donc je vis, telle est le salut de Charlotte.

Cette violence morale est nuancée par une justesse de ton remarquable, une justesse parfois comique qui nous fait respirer (la scène chez le perruquier, le face à face entre Paul et sa belle-mère), une justesse souvent cruelle, mais qui dénote une sensibilité accrue aux mots qui disent la vie dans toute son authenticité. Notons à cet égard la très belle interprétation de Laura Smet, qui se révèle comme un talent très

prometteur, mais aussi de Nicolas Duvauchelle, dont on appréciera également la finesse de jeu. Ce casting surprenant de fraîcheur, avec ses comédiens débutants, semble d’ailleurs être aussi un clin d’œil à Pialat, qui pratiquait souvent le modelage d’acteurs à partir de non-acteurs, d’interprètes recrutés sur le tas. 

Dans la même logique, le choix d’une caméra DV à l’épaule, qui relève d’une sorte de " Dogme " à la française, capte avec une grande liberté la réalité des émotions. Dans cette saisie de l’instantané, pas de marques du passage du temps : le film se constitue de fragments dont l’intensité, la vitalité rendent illusoire et inutile l’inscription dans le temps : Les Corps impatients se présente comme une succession de faits bruts, livrés comme tels, qui n’ont de signification que d’être advenus, pour le personnage qui les vit comme pour le spectateur qui s’applique à reconstituer la trame d’une existence. Encore un clin d’œil à Pialat.

Surtout, l’utilisation de la vidéo rappelle le parti pris de Pialat pour qui aucune œuvre cinématographique ne peut prétendre à la perfection plénière d’un tableau de Poussin : un film n’étant toujours qu’une cacophonie de ratages, rien ne sert de chercher à atteindre par le grain magnifiant de la pellicule 35 mm comme par des cadrages et une lumière léchés la perfection de l’image. Alors, autant tourner en DV, la caméra à l’épaule, sans hésiter à décadrer, à sur - ou sous - exposer les scènes, à jouer avec le grain de l’image : comme Pialat, Giannoli prend le parti du bancal, de la malfaçon, au détriment de la beauté qui ne sauve pas le cinéma, pour nous proposer un film à vif, dur et touchant, mais terriblement réaliste.

Seule déception, mises à part quelques longueurs : la fin. Certes le film s’achève sur un retour aux sources et à la nature qui ouvre sur une guérison possible, sur un signe de vie, par le constat d’une survie. Mais cela ne suffit pas : on sent un peu la facilité de la panne d’inspiration maquillée en mise en suspens délibérée, qui revendiquerait haut et fort comme un " ce n’est pas mon propos de conclure ". On aurait pourtant aimé savoir si les corps impatients savent pardonner, et oublier.

 
         
 


La Educacion del Rey

Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

Un vent de liberté

La Colle

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Citoyen d honneur

Traque à Boston

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

ABLUKA (Suspicions)

Theeb

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

Danish Girl

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

La Fille du patron

Je vous souhaite d'être follement aimée

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Le fils de Saul

Capitaine Thomas Sankara

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Une Seconde Mère

Le Retour de Fabiola

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

Le Dos Rouge

Les Optimistes

10.000 km

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

MAESTRO

HIPPOCRATE

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Mystery

Camille Claudel 1915

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de R. Lefèvre
   Laura Smet

> Notes de la rédaction
   M. Klimoff Favorable
   R. Lefèvre Doit faire ses preuves
   L. Bonnecarrère Assez favorable
   L. Becdelièvre Favorable