Le seigneur des Anneaux: Les deux tours

Film américain de Peter Jackson

Sortie le 18-12-2002
 
   

Par Raphaël Lefèvre

 
 
   

Et c’est reparti pour deux tours…

L’année dernière, sur ce même site, je faisais part avec emphase du plaisir que j’avais ressenti en passant trois heures en compagnie de La Communauté de l’anneau. Je ne puis m’empêcher de constater avec une certaine amertume que mes études de cinéma me poussent à dénigrer aujourd’hui des films que j’aurais adorés hier. Force m’est pourtant de constater, au pied des Deux Tours, que l’œuvre de Jackson ne vaut, cinématographiquement parlant, pas grand chose. Cependant, par respect et nostalgie pour le cinéphage naïf et émerveillé que je fus, je ne puis me résoudre à écrire une critique entièrement négative. Aussi m’efforcerai-je de faire peser un peu de pour face au contre – en termes appropriés, un peu de Bien face au Mal…

Quelles tirades dithyrambiques n’ai-je pas écrites sur le premier volet de cette trilogie ! Je m’extasiais entre autres devant la " cohérence esthétique " que nous promettait le tournage des trois films à la fois. Bon… Par " cohérence esthétique ", j’entendais bien sûr que les films se ressembleraient, constituant plutôt un seul film coupé en trois – ce qui est le cas. Mais " cohérence " et " esthétique " ne sont peut-être pas les mots les plus appropriés pour évoquer ce film… Je n’avais peut-être pas encore l’œil assez acéré pour voir à quel point ce tournage express avec cinq équipes de tournage avait contribué à la création d’un produit hybride, mégalo mais bâclé, au filmage inégal et au travail de montage assez approximatif.

Lors de la bataille du gouffre de Helm (le clou du film à plus d’un égard…), je me suis vraiment demandé si le chef op’ était tombé malade, tant elle est mal éclairée et filmée. En pleine nuit, une curieuse lumière, blafarde mais rutilante, découpe le contour des personnages ; on en vient à réfléchir sur le nombre de kilowatts que les projecteurs ont consommés, au lieu de s’intéresser à trois cents hommes et elfes tentant de venir à bout de dix mille Orcs et Uruk-hai ! On n’est pas aidé par la caméra, qui alterne plans d’ensemble numériques et plans rapprochés mouvementés auxquels on ne comprend rien – censés retranscrire la confusion d’un combat barbare… ? Dans Gladiator, Scott créait la confusion avec un brin de maniérisme mais beaucoup plus d’envergure filmique ; dans Braveheart, avec moins de virtuosité, Gibson n’en livrait pas moins des scènes de bataille saisissantes. Ici, seul le son hypertrophié nous paraît vraiment barbare… Alors évidemment, il faut pouvoir montrer le film aux enfants – cette raison principalement commerciale justifie-t-elle la bouillie visuelle qui nous est servie ?

L’alternance de plans d’ensemble et de plans rapprochés qui caractérise la scène de bataille se prolonge d’ailleurs sur tout le film (souvent sous forme de vues d’hélicoptère embrassant les paysages néo-zélandais avec ampleur pour les premiers, les seconds se réduisant pratiquement à des champs/contrechamps d’une incroyable banalité) et constitue l’essentiel de la stratégie de mise en scène. En résulte une nullité de la construction de l’espace. En deux films de trois heures, j’avoue n’avoir toujours pas intégré la géographie de ce monde d’un bout à l’autre duquel se baladent Hobbits, elfes, nains, hommes, Orcs et Uruk-hai !

Dans ce deuxième épisode, à la dramaturgie moins resserrée que le premier, on passe d’ailleurs des uns aux autres de manière étonnamment aléatoire – alors que dans La Communauté de l’Anneau, le dosage des allées et venues entre les aventures des différents personnages était très réussi. Les deux minutes accordées à Liv Tyler et à Hugo Weaving auraient dû être développées, ou alors carrément supprimées ! Ici, on a vraiment la sensation que les créateurs (soit au scénario, soit au montage) se sont dit, de temps en temps : " Tiens ! on les avait oubliés, ceux-là, ça fait un petit bout de temps qu’on ne les a pas vus, allons donc voir ce qui leur arrive… ".

Mais surtout, ce qui m’apparaît de manière flagrante, c’est la vacuité du discours, ou quand il y en a un, son indigence. Je n’ai pas lu le livre de Tolkien, mais j’ai ouï dire qu’il y avait matière à philosopher. Ici, le propos se réduit à la transposition en images de l’univers et de la trame du bouquin. A part cela, Peter Jackson semble ne s’être posé aucune question pertinente sur ce que ce dernier exprime, ni même sur ce que suppose l’adaptation aujourd’hui d’une œuvre écrite il y a un demi-siècle. Aucune tentative de mise en perspective, voire, pourquoi pas, de modernisation du propos. C’est bien malgré soi que le manichéisme du film (que je ne remets pas en cause, puisqu’il est celui du livre, mais qui aurait également pu être questionné) résonne de manière particulière, dans cette époque marquée par " l’Axe du Mal " — selon la formule consacrée du pays dont on a détruit " les deux tours "…

Mais paradoxalement, la naïveté du propos et le premier degré sont aussi ce qui fait le charme du film, en cette époque où l’on a trop tendance à poser un regard parodique sur tout ce qui se filme ou se remake… " Ne vous moquez pas, je suis sérieux, déclare Sam à un moment donné. – Moi aussi, répond Frodon. " On est tenté de voir en Sam un double du réalisateur, qui nous demande de considérer son film avec sérieux. Le spectateur, censé s’identifier à Frodon (et ce n’est pas facile, tant Elijah Wood est agaçant, avec ses gémissements et ses yeux de chien battu !), doit signer ce pacte pour apprécier le film. Cette naïveté, qui atteint son comble avec la dénonciation, à travers les personnages des arbres vivants, de la déforestation mise en parallèle avec " l’industrie " développée par Saroumane, s’avère quelquefois, il faut bien l’avouer, assez touchante.

Et si mon regard s’est fait plus critique, si Les Deux Tours est probablement moins bon que le premier épisode, je dois bien l’admettre : je me suis laissé emporter par l’énergie du film, et j’ai pris mon pied. Malgré les innombrables retouches numériques et images ostensiblement fausses (voir les plans des deux Hobbits transportés par les arbres vivants, où l’évidence du procédé des acteurs filmés face à un écran laisse perplexe), je suis resté étonné par l’aspect palpable et crédible de l’univers mis en scène. Même Gollum, la créature en images de synthèse, a pris chair sous mes yeux grâce à la qualité des effets spéciaux (quelle texture de la peau !), mais surtout à cause de son humanité. Le comble, c’est qu’au milieu de tous ces personnages incarnés par des acteurs, c’est cette créature qui devient le personnage le plus humain !

Bref, malgré tout, le souffle épique, l’ampleur, l’imposant équilibre d’ensemble de cette entreprise ont emporté mon adhésion. Je me suis tout de même demandé, en pensant au score de Howard Shore, efficace, parfois très beau, mais très envahissant, si ce n’était pas lui qui avait " lié la sauce " en écrasant les grumeaux de cette bouillie, dont il a fait une soupe comestible…

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de E. Kaufmann

> Notes de la rédaction
   C. Chauvin Assez favorable
   M. Klimoff Très favorable
   R. Lefèvre Assez favorable
   C. Gallot Favorable
   C. Brou Favorable