Le Deuxième Souffle

Film français de Alain Corneau
D'après le roman de José Giovanni

Avec Daniel Auteuil, Monica Bellucci, Michel Blanc, Jacques Dutronc, Eric Cantona, Daniel Duval, Gilbert Melki, Jacques Bonnaffé, Nicolas Duvauchelle

Sortie le 24-10-2007
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 2h35

 
 
   

A la manière de ?

Le Deuxième Souffle est un roman de José Giovanni paru en 1958, peu après sa sortie de prison où il venait de passer onze ans pour des méfaits remontant à la Libération. Son incarcération lui avait déjà inspiré Le Trou dont Jacques Becker venait de tirer son dernier film et qui allait servir de tremplin pour la carrière de cet auteur débutant : les codes d’honneur du monde des voyous et les états d’âme du délateur seront désormais les composants permanents de l’univers de son oeuvre.

Mais pour le public, Le Deuxième Souffle est surtout un film de Jean-Pierre Melville, piètre réalisateur mégalomane et pur produit de la Nouvelle Vague naissante qui en avait fait son parrain car il tournait en dehors des règles du système industriel et syndical en vigueur à l’époque et qu’il portait des Ray-Ban sous son éternel Stetson de cow-boy. Après quelques naïves tentatives de polars noirs inspirées par le modèle américain, il obtenait enfin, grâce au roman de Giovanni, un succès public bien mérité mais qu’il ne partageât guère avec son auteur. Ulcéré, celui-ci ne lui pardonna jamais cette ingratitude. Pour ne plus être trahi, José s’essaya à la mise en scène, mais il se révéla aussi médiocre réalisateur qu’il était bon scénariste. De plus, il soulignait avec malice qu’il était obligé de faire d’abord publier ses scenarii sous forme de romans afin que les producteurs prennent au sérieux ses projets de film, ce qui l’obligeait à un surcroît de travail !

Quarante ans ont passé. Alain Corneau, dont la filmographie témoigne d’un goût certain pour le film noir, entreprend de ressusciter ce mythique Deuxième Souffle. Le résultat donne un film étrange, très éloigné de son modèle, sorte d’opéra tragique sous-tendu (et non souligné) par une partition musicale grave et horizontale de Bruno Coulais qui accompagne en permanence le récit. En 1966, Melville avait réuni Lino Ventura, Michel Constantin, Raymond Pellegrin, Marcel Bozzufi, bref, les truands de base du cinéma de l’époque, qu’il opposait au coriace commissaire Paul Meurisse, spécialiste des personnages ambigus : le décor était clairement planté et le noir et blanc granuleux à fort contraste authentifiait le film noir à l’ancienne.

Avec hardiesse, Alain Corneau prend le contre-pied de ce style et propose un cauchemar lyrique en images numériques glacées et dolby stéréo. Son casting comprend des vétérans du Splendid, du football ou de la chanson yéyé, (de même qu’il avait déjà pris Alain Chabat à contre-emploi dans Le Cousin). Le choix de tels comédiens fait forcément basculer ce polar sophistiqué dans un univers éloigné du « milieu » conventionnel d’où le réalisme sera soigneusement évacué : décors polychromes, personnages hiératiques, armes étincelantes et cliquetantes, costumes, coiffures, situations, tout nous éloigne du traditionnel monde du Pigalle des années soixante où évoluait Jean Gabin au milieu des « caves ». Le comportement de Gus, héros en cavale, qui dort d’un oeil avec son calibre sur la table de nuit mais ne ferme jamais le verrou de sa piaule, nous permet de tolérer toutes les invraisemblances : le fait qu'un truand si négligent soit introuvable pour toutes les polices de France, les dialogues trop écrits, les interminables déductions du prolixe commissaire qui raisonne comme Hercule Poirot, ces personnages qui ne quittent jamais leurs chapeaux, pardon : leurs « doulos ». Il y a parfois de discrets clins d’oeil nostalgiques au passé lorsque Daniel Auteuil se grime en Lino Ventura avec son petit chapeau, son petit manteau, ses petites lunettes et sa petite moustache, ou quand Monica Bellucci se fait la tête de Mylène Demongeot, sans oublier ces décors de boîtes de nuit clinquantes qui semblent sortir des Studios Melville, rue Jenner... La mort de Gus, hommage final aux ralentis sanglants de Peckinpah, lève nos derniers doutes : Alain Corneau s’est fait plaisir en nous proposant un opéra sans chanteurs, comme le prouve le très beau plan final qui montre une ruelle marseillaise déserte, au lever du jour «en temps (ir)réel», repeuplée progressivement par ses habitants absents des décors depuis le début du film. Et ce mouvement de figuration, parfaitement chorégraphié, indique bien que nous sommes encore au spectacle et que nous assistons au dernier tableau du dernier acte, avant que le rideau rouge ne retombe sur la scène.

Mais en feuilletant le dossier de presse, au milieu des habituelles louanges réciproques des participants, je n’ai trouvé aucune des intentions que je viens de prêter au film. Me serais-je cruellement trompé ?


 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de L. Becdelièvre

> Notes de la rédaction
   H. Lanoë Assez favorable
   L. Becdelièvre Assez favorable