Le Sortilège du Scorpion de Jade

Film américain de Woody Allen

 
   

Par Raphaël Lefèvre

 
 
   

Lors d'une soirée d'anniversaire, W.C. Briggs, détective pour une compagnie d'assurances, et sa collègue Betty Ann Fitzgerald, qu'il hait cordialement et qui le lui rend bien, sont hypnotisés par un magicien aux noirs desseins. Sous l'emprise de ce dernier, Briggs va perpétrer des vols de bijoux, la nuit, sur lesquels il devra lui-même enquêter, le jour...

Le dernier cru de Woody Allen est, on l'aura compris, une comédie savoureusement délirante, mais sans prétention (outre celle de faire rire). C'est un peu ce que d'aucuns lui reprochent, regrettant que le réalisateur new-yorkais ne commette ces derniers temps que des comédies trop légères et ludiques ; en d'autres termes, de ne plus faire de ces comédies cérébrales où il jouait le juif new-yorkais névrosé et dont les éternelles psychanalyses avaient pourtant fini par lasser. Doit-on pour autant en blâmer Woody Allen ? Ne s'est-il pas assez répété ? Et s'il avait dit ce qu'il avait à dire ? si, à l'instar d'un de Niro qui n'a plus rien à prouver, il avait envie de s'amuser ? A l'inverse de de Niro, Allen a au moins le mérite de ne pas enchaîner les navets.

Alors voilà, le réalisateur new-yorkais s'amuse et nous amuse, communiquant chaleureusement son amour pour le cinéma américain des années quarante.

Bien loin d'aligner platement les citations cinéphiliques, son film, comme Mulholland Drive, fait appel à une mémoire collective du cinéma et, comme The Barber, est l'évocation de toute une époque. Allen rend un hommage habile à la comédie américaine et au film noir de l'Age d'or hollywoodien. Les rapports conflictuels entre un homme sarcastique et une femme de caractère rappellent La Dame du vendredi de Howard Hawks, tout comme l'ambiance des bureaux de la compagnie d'assurance, évoque aussi Assurance sur la mort de Billy Wilder. D'ailleurs le personnage de Fitzgerald, joué par Helen Hunt, n'est pas sans rappeler Barbara Stanwyck. Quant à Laura Kensington, la femme fatale interprétée par Charlize Theron, elle est un séduisant croisement parodique entre Lauren Bacall et Veronica Lake. Certes, leur rendre hommage ne suffit pas à atteindre le niveau de ses modèles, et Le Sortilège du Scorpion de Jade n'a pas l'envergure de ses brillants aïeux.

Mais Allen a beau vieillir (non seulement il le sait, mais il en joue, se moquant allègrement de lui-même avec une réjouissante autodérision), il reste le roi de la périphrase euphémique et a le mérite non négligeable de ne laisser aucun répit à nos zygomatiques. Peut-être qu'être hilarant de bout en bout ne suffit pas à faire un grand film. Mais vannes spirituelles et mimiques impayables fusent avec une telle virtuosité qu'on ne peut qu'applaudir encore une fois le talent de Woody Allen. Ce dernier s'est d'ailleurs gardé le meilleur pour lui-même, sachant pertinemment que son film repose pour beaucoup sur son esprit et son génie comique. Bien qu'il prétende avoir "fait en sorte que (...) [Helen Hunt] ait toujours la meilleure réplique et le dernier mot" (Positif n°490), ses réparties sont toujours les plus drôles et les plus percutantes, tandis que celles de Hunt, trop longues, laborieuses et répétitives, tombent souvent à plat. En outre Helen Hunt est beaucoup moins drôle, lorsqu'elle entre en hypnose, que Woody Allen, et souffre de la comparaison avec les inénarrables mimiques et élocution de ce dernier. Allen transforme même en bonnes idées des ficelles scénaristiques et des répliques un peu lourdes, ouvrant des filons qu'il exploite habilement. Ainsi

le "truc" de l'hypnose ouvre la voie à d'amusantes séquences de vol accompagnées avec bonheur par un banjo jazzy nerveux. Et si Laura Kensington semble appuyer avec insistance sur le fait qu'elle a plutôt l'habitude d'hommes beaux et musclés, mais qu'elle a envie de ce nabot binoclard de Briggs (un peu facile pour légitimer l'improbable liaison entre un personnage au physique de Woody Allen et une beauté pareille...), c'est pour mieux développer son personnage de gosse de riche pourrie gâtée cherchant l'aventure dans les appartements miteux.

C'est ça, le cinéma de Woody Allen : un cinéma où les hommes laids ont droit aux plus splendides créatures, où il ne faut pas forcément être beau pour être aimé d'une belle. Ainsi peut-être Magruder (Dan Aykroyd) est-il "cute" (c'est lui qui l'espère... qu'en pensez-vous, les filles ?), mais il est tout de même un peu enveloppé. Il n'en a pas moins fait succomber la belle Fitzgerald, qui finira, comme dans toute comédie américaine qui se respecte, dans les bras de celui avec lequel elle s'est crêpé le chignon pendant plus d'une heure et demie, ce "fouineur égocentrique" de Briggs. Si la chute n'est pas très subtile, Allen réussit à la rendre drôle et elle n'étonne personne tant, malgré son physique et son âge avancé, il reste irrésistiblement charmant.

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable