Le Nouveau Monde
The New World

Film américain de Terrence Malick

Avec Colin Farrell, Q'orianka Kilcher, Christopher Plummer, Christian Bale, August Schellenberg, Wes Studi, David Thewlis

Sortie le 15-02-2006
Sélection Hors Compétition Festival de Berlin 2006
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 2h15

 
 
   

Amours coloniales

L’ouverture du film est magnifique. Dans une longue séquence muette, Terrence Malick décrit la lente pénétration de trois bateaux anglais longeant les côtes de ce qui deviendra la Virginie. Nous sommes en 1607. Après des semaines de mer, les équipages contemplent ces rives verdoyantes qui semblent paradisiaques tandis qu’en sous-bois, les Indiens médusés observent ces intrus dont ils n’espèrent rien de bon. Une tenue d’orchestre ininterrompue, allant crescendo, soutient la progression des navires sans qu’aucune parole soit prononcée.

Nous entrons également dans l’univers particulier de ce réalisateur rare (quatre films en trente-trois ans) et aussi secret que Stanley Kubrick dont il partage le perfectionnisme : le montage des Moissons du Ciel (1978) avait duré deux ans et le générique du Nouveau Monde mentionne quatre monteurs (tous oscarisés) dont j’ignore s’ils se sont succédé, épuisés par la tâche, ou s’ils se sont partagé le film (2 H 15) en quatre quarts.

Les 103 colons débarqués sur ce coin d’Amérique vont édifier Jamestown, village de baraques entouré d’une palissade, qui sera la tête de pont de la présence anglaise dans ce « Nouveau Monde ». Ils sont complètement inconscients qu’ils viennent de pénétrer dans un empire indien parfaitement structuré depuis des siècles et dirigé par un puissant chef, Powhatan, père d’une ravissante fille nommée Pocahontas. Les deux communautés s’observent d’abord avec méfiance. Après un bref mais meurtrier combat, un jeune officier, John Smith, est fait prisonnier par les Indiens puis noue une idylle avec la jolie Pocahontas. Au bout de quelques mois, il est autorisé à revenir à Jamestown avec des vivres : Powhatan s’est montré généreux car il espère que les Anglais pourront ainsi rembarquer après la mauvaise saison. Mais, le printemps revenu, ils s’incrustent et le chef indien décide de les attaquer. Pocahontas trahit les siens et vient en aide aux assiégés. Elle est bannie de son village, se réfugie à Jamestown et tente de s’adapter à l’english way of life soutenue par l’amour de John Smith. Malheureusement, celui-ci est rappelé en Angleterre et doit abandonner la jeune Indienne désespérée… Les saisons passent, d’autres colons débarquent, parmi lesquels un aristocrate veuf, John Rolfe, qui veut importer la culture du tabac en Virginie. Ces deux expatriés vont progressivement unir leurs solitudes et se marier. Elle lui donnera un fils et le couple sera reçu à la cour d’Angleterre, Pocahontas étant présentée comme une princesse américaine. Malade, elle mourra durant le voyage de retour, âgée de 21 ans.

Voilà la trame de cette jolie histoire d’amour et de mort. Le meilleur du film se situe dans la description de la découverte réciproque des deux civilisations, traitée en séquences quasi muettes, inspirées, illuminées par une nature complice. Un montage inventif interrompt parfois l’action, sans raison apparente, pour glisser un vol d’oiseaux migrateurs ou un serpent nageant dans la rivière, avant de reprendre le cours du récit. Les approches amoureuses de Pocahontas et de John Smith baignent dans une sorte de panthéisme paradisiaque que l’on a rarement vu sur un écran depuis La Partie de Campagne de Renoir et la fragilité de cet amour naissant permet au réalisateur d’exprimer l’étendue de sa sensibilité grâce à une écriture cinématographique très personnelle. Avec une hardiesse anachronique, Malick souligne la tendresse de cette rencontre en s’appuyant sur un concerto de Mozart (alors que nous sommes au début du XVIIe siècle) et fait même des emprunts à Wagner. Là aussi, il rappelle la voie tracée par Kubrick qui ne faisait pratiquement appel qu’aux musiciens classiques.

Hélas, la guerre et la violence rôdent sur cet Eden menacé et là, Terrence Malick semble moins à l’aise. Il est flagrant que le sentiment amoureux ou les beautés de la nature l’intéressent plus que les scènes de batailles qui donnent souvent l’impression d’avoir été tournées et montées par une seconde équipe. De même, les plats mouvements de figuration à la Cour d’Angleterre ou dans le village de Jamestown (décor qui, bizarrement, n’évolue guère avec le développement de la colonisation au fil des années) n’inspirent guère le réalisateur qui semble les abandonner à des assistants à court d’idées. Il est rare de voir aussi clairement quelles séquences ont fécondé un créateur authentique et celles où sa créativité a sommeillé. Je précise que ces réserves ne seraient même pas mentionnées à propos d’un film banal : elles sont dues au fait que Le Nouveau Monde est tout sauf banal et que le plaisir qu’il nous donne par ailleurs nous a rendu exigeants. Conclusion ? Bien entendu, oubliez les figurants et allez voir ce (malgré tout) très beau film.

 
         
 


Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

La Colle

Un vent de liberté

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Traque à Boston

Citoyen d honneur

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

Theeb

ABLUKA (Suspicions)

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

Danish Girl

Je vous souhaite d'être follement aimée

La Fille du patron

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Capitaine Thomas Sankara

Le fils de Saul

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Le Retour de Fabiola

Une Seconde Mère

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

10.000 km

Les Optimistes

Le Dos Rouge

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

HIPPOCRATE

MAESTRO

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Camille Claudel 1915

Mystery

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de L. Bonnecarrère

> Notes de la rédaction
   R. Lefèvre Très favorable
   C. Gallot Très favorable
   H. Lanoë Favorable
   L. Bonnecarrère Très favorable
   S. Legré Assez favorable
   S. Malek Favorable