Harry Potter et la coupe de feu
Harry Potter and the goblet of fire

Film américain de Mike Newell
Adaptation du l'ouvrage homonyme de J.K. Rowling

Avec Emma Watson, Daniel Radcliffe, Rupert Grint

Sortie le 30-11-2005
 
   

Par Jérémie Kessler


Durée: 2h35

 
 
   

Révéler la fin

Harry Potter et la Coupe de feu est sans doute le meilleur des quatre épisodes de la série adaptés au cinéma. C’est à la fois le plus abouti et le mieux mis en scène. Harry Potter y est confronté à la grande épreuve du tournoi des Trois sorciers, qui se déroule à Poudlard, l’école du héros. Celui-ci est un des quatre champions qui y participe.

De cette intrigue initiale, commune au livre et au film, la mise en scène de Mike Newell, réalisateur du quatrième épisode, ainsi qu’entre autres, de Quatre Mariages et un enterrement, s’attache à rester le plus proche possible. Par rapport au livre, rien, ou presque, ne semble ajouté. Les événements les plus importants ont été sélectionnés, mis en images, et le film se dédie entièrement à l’histoire qu’il adapte. Les effets propres au cinéma, les effets spéciaux, sont ainsi, dans l’ensemble, relativement discrets. Le dragon que va affronter Harry Potter est d’abord montré de loin et avec discrétion. La coupe du monde de quidich, sport le plus populaire du monde de la magie, se limite à un beau plan d’ensemble, sur les spectateurs. Sans ostentation, rien n’est trop ou purement spectaculaire. Contrairement aux effets spéciaux du Seigneur des anneaux, autre adaptation à succès, écrite et réalisée par Peter Jackson, ceux de Harry Potter et la Coupe de feu ne ressemblent jamais à une simple démonstration, technique ou esthétique. Ils ne sont pas exagérés. Le film ne s’y attarde pas. Il va droit à son but : transposer le plus fidèlement possible l’histoire du livre, et la rendre crédible au cinéma. C’est en ce sens que la mise en scène de Mike Newell est sans doute la plus efficace des quatre épisodes. Vive et énergique, elle emprunte aux couleurs et à la frénésie de certaines comédies musicales américaines des années 50 ou 60 comme Mary Poppins, de Robert Stevenson, ou même Brigadoon, de Minnelli.

Si elle se veut le plus efficace possible dans l’emploi des moyens propres au cinéma, l’adaptation de Harry Potter n’est pas une véritable réécriture. Il ne s’agit pas d’offrir une nouvelle version de l’histoire, ni de proposer à la communauté des lecteurs la singularité d’une lecture. Le changement de réalisateur du deuxième au troisième, puis du troisième au quatrième épisodes montre bien que l’enjeu n’est pas de faire partager une manière personnelle de lire l’oeuvre originale. C’est plutôt de proposer, à partir du livre, une imagerie suffisamment neutre et suffisamment charmante pour convenir à tout le monde. L’enjeu est simplement de créer un vague souvenir du livre. Le film opte dès lors pour une efficacité discrète des moyens narratifs, qui laisse chaque vision singulière prendre corps dans celle qu’il propose, à partir de l’originalité d’une lecture première. C’est ainsi qu’Harry Potter et la Coupe de feu fonctionne le plus souvent par clins d’oeil au spectateur. Sans la rendre prévisible pour qui ne la connaît pas, certaines scènes et de nombreux plans semblent annoncer la révélation finale. Bien que la méchanceté de Maugrey, le professeur de « défense contre les forces du mal » ne soit dévoilée que dans l’une des dernières scènes du film, sa découverte en est annoncée par l’entrée fracassante du personnage au cours du premier repas de l’année scolaire, par sa présence fortement marquée dans tous les conseils privés, et, de manière humoristique, par la répétition de gros plans qui le montrent en train d’observer Harry Potter, discrètement, et de loin. Mais la fin n’est annoncée qu’à qui la connaît déjà. Il faut avoir lu le livre, ou avoir déjà vu le film, pour être sensible à ses clins d’½il complices. Le plaisir du spectateur est moins fondé sur un éventuel « suspense » que sur l’attente d’un déroulement qui, parce qu’il est déjà connu, semble inexorable. A chaque instant, sachant la mort de Cédric Diggory et la résurrection de Voldemort proches, le spectateur doit en savoir plus que les personnages, et profiter de cela. Cela lui rappelle avec bonheur le moment lointain où il découvrait les événements en même temps que leurs acteurs. Tout le dispositif de Harry Potter 4 – le film est agencé de manière à susciter à nouveau, mais de manière critique, le plaisir de la découverte de Harry Potter 4 . Il est entièrement voué à faire naître ce souvenir plaisant et plus ou moins lointain de l’adhésion initiale au suspense, à rappeler de manière excitante et amusée le plaisir de la découverte, d’un état d’ignorance dans laquelle seuls restent les personnages du film.

Peu importe, donc, que le film soit bien ou non en soi, du moment qu’il rappelle l’histoire qu’il adapte avec efficacité. Peu importe, tant le film ne vaut pas pour lui-même, mais pour ce qui le précède (le livre), ou le suit (le DVD, re-découverte, à venir, du même film, de la même histoire). Harry Potter 4 – le film porte en soi une deuxième lecture ou une deuxième vision. Le film est dans un espace intermédiaire entre livre et DVD. Il est déjà une re-découverte pour les lecteurs du livre. Mais il ne le sera qu’en DVD (ou lors d’une autre séance, ce qui implique l’achat d’un second billet) pour les spectateurs qui découvrent le film en salles. Suscitant immédiatement la perspective d’une deuxième vision, le film porte en soi son succès en DVD. Dans sa mise en scène même, Harry Potter est voué à un succès commercial double, en salles, et, surtout, sur petit écran. Entre librairie, cinéma, et lecteur de DVD, le film est dans le hors-cadre commercial de la raison fondamentale de sa création, dans le hors-cadre du succès du livre, et des recettes engendrées par la série.

Dès lors, si la mise en scène de l’épisode 4, sans doute plus réussie que celle des précédents, manifeste un réel effort, la vraie invention des films Harry Potter par rapport aux livres se situe peut-être du côté d’un troisième objet, également hors du film, et dont la portée n’est pas moins commerciale. Peut-être la vraie invention artistique des films Harry Potter est-elle la B.O. de John Williams. Sans doute est-elle dans ce petit thème musical que chaque générique introduit, ce petit thème répétitif, à la fois sombre et fantaisiste, dont chaque épisode amplifie la mesure. Car la petite musique de la B.O. est désormais liée à l’univers Harry Potter de même que la cicatrice en forme d’éclair semble l’être au personnage. Elle est comme le thème musical de Star Wars ou d’Indiana Jones. Ce petit thème musical est devenu une manière immédiate d’évoquer Harry Potter, au delà du livre et du film qui, en 2001, à la sortie en salles du premier épisode, lui a pourtant donné naissance. Détail, il incarne à lui seul l’ambiguïté d’une réussite qui, à chaque plan, ne peut être autrement que commerciale, et ce, dans ce qui, plus particulièrement dans l’épisode 4, semble a priori le mieux y résister, la mise en scène et la technique.

 
         
 


La Educacion del Rey

Le Semeur

Carré 35

Le maître est l'enfant

Le Jeune Karl Marx

Des Rêves sans Etoiles

BARRY SEAL American Traffic

Gabriel et la Montagne

Que Dios nos perdone

Un vent de liberté

La Colle

Une femme fantastique

Des Plans sur la Comète

K.O.

Le Christ aveugle

Cessez-le-feu

L'Homme aux mille visages

Corporate

LONDON HOUSE

Citoyen d honneur

Traque à Boston

Les Fleurs bleues

Nous nous marierons

LUMIERE !

Corniche Kennedy

La Mécanique de l'Ombre

La grande Muraille

Ouvert la Nuit

Nocturnal Animals

Fais de beaux Rêves

Go Home

Le Voyage au Groenland

ABLUKA (Suspicions)

Theeb

TANNA

Les Beaux Jours d'Aranjuez

La Philo vagabonde

DOGS

Brooklyn Village

CLASH

Sieranevada

Juillet Août

Sur quel pied danser

The Witch

Montanha

The Whole Gritty City

TOUT s'accélère

Paulina

Free to Run

Volta a Terra

Médecin de campagne

Jodorowsky s Dune

Le Chant du merle

Room

Des nouvelles de la planète Mars

Tempête

Ave, César

Sleeping Giant

El Clan

La Terre et l'Ombre

Steve Jobs

45 ans

Danish Girl

J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd

La Fille du patron

Je vous souhaite d'être follement aimée

A peine j'ouvre les yeux

My skinny Sister

BELLE et SEBASTIEN l'aventure continue

Dis Maîtresse !

Je suis un soldat

Le fils de Saul

Capitaine Thomas Sankara

ERTAN ou La destinée

Edmond, portrait de Baudoin

Ni le Ciel ni la Terre

Red Rose

Des Apaches

Une Seconde Mère

Le Retour de Fabiola

L'année prochaine

Le Monde de Nathan

Titli, une chronique indienne

L'ECHAPPEE A la poursuite d'Annie Le Brun

Le Tournoi

Le Dos Rouge

Les Optimistes

10.000 km

Une Belle Fin

JACK

Arnaud fait son 2e Film

NINGEN

BLIND

ANTON TCHEKHOV 1890

Le Dernier Coup de marteau

Le Grand Musée

Things people do

Les Merveilles

Rendez-vous à Atlit

Juillet de sang

Zouzou

Terre battue

Amours Cannibales

Ceci est mon Corps

De la Neige pour Noël

POLE EMPLOI, ne quittez-pas !

Mary Queen of Scots

' 71

The Boxtrolls

HERITAGE FIGHT

SHIRLEY visions of reality

MAESTRO

HIPPOCRATE

Les soeurs Quispes

Bird People

MICHAEL HANEKE profession Réalisateur

May in the Summer

Night Moves

Melaza

BABYSITTING

Conversation animée avec Noam Chomsky

La Braconne

Dancing in Jaffa

47 Rônin

Closed Circuit

DARK TOUCH

La Femme du Ferrailleur

Bethléem

C'est eux les Chiens

TONNERRE

MINUSCULE La Vallée des Fourmis Perdues

All is lost

Blank City

Je fais le mort

The Lunchbox

Henri

Amazonia

Une femme douce

Prince of Texas

Avec Dédé

Omar

Shérif Jackson

VANDAL

Papa vient dimanche

Frances Ha

La Communauté du feu rouge

L'Autre Vie de Richard Kemp

Liv & Ingmar

Une Vie Simple

MUD Sur les rives du Mississipi

La Sirga

Les Lendemains

La Playa D.C.

Oblivion

Le Repenti

Amour et Turbulences

Cloud Atlas

PIERRE RABHI Au Nom de la Terre

Mystery

Camille Claudel 1915

40 ans, mode d'emploi

FLIGHT

Des Abeilles et des Hommes

Elefante Blanco

Antiviral

Tu honoreras ta mère et ta mère

Pas très normales activités

Hiver Nomade

Wadjda

Blancanieves

Rendez-vous à Kiruna

Mariage à Mendoza

Mon père va me tuer

Par amour

Une Estonienne à Paris

Le Monde de Charlie

TOMI UNGERER L'esprit frappeur

ANNA HALPRIN - Le Souffle de la Danse

MARINA ABRAMOVIC The Artist is Present

Héritage

Les Invisibles

Les Cinq Légendes

The Brooklyn Brothers

Little Bird

La Chasse

VILLEGAS

Une Famille Respectable

La Vierge, les Coptes et moi

Vous n'avez encore rien vu

COMPLIANCE

For Ellen

Le Jour de la Grenouille

BOY

THE WE AND THE I

Summertime

El Campo

Une seconde femme

Les Femmes du Bus 678

Contrebande

L'Amour et rien d'autre

Tue-moi

Querelles

La Nuit nomade

Perfect Sense

La Terre outragée

30 Beats

Aloïs Nebel

OSLO 31 Août

Sécurité rapprochée

EN SECRET

Jeux d'été

Une Bouteille à la Mer

Tatsumi

Hanezu l'esprit des Montagnes

Another Happy Day

ELLES

J.EDGAR

L'OISEAU

Le Projet NIM

Take Shelter

LE HAVRE

Corpo celeste

Echange standard

Hugo Cabret

Hell and back again

Le Voyage extraordinaire

Sweet Grass

MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme

Des Vents contraires

Shame

Footnote

Americano

Le Chat Potté

Le Casse de Central Park

Sleeping Beauty

Jeanne captive

Michael

Bonsaï

Mon pire cauchemar

Polisse

The Artist

DRIVE

We need to talk about Kevin

Habemus Papam

Trois fois vingt ans

Mes Meilleures Amies

Happy, happy

Les deux chevaux de Gengis Khan

La Mujer sin Piano

Balada Triste

Une séparation

Le Complexe du Castor

Into Eternity

Des filles en noir

Le Secret de Charlie

 
   
> Sommaire des critiques
> Carnet de notes
> Version imprimable

> Lire également
   La critique de A. Rose

> Notes de la rédaction
   E. Castagné Recalé
   J. Kessler Favorable
   A. Rose Très favorable
   C. Brou Favorable